« La Daube poule »: plat en sauce mauricien subtilement épicé à base de poulet, pommes de terre et carottes !

Un plat plein de nostalgie et une recette à 200% « comfort food » !

La daube est l’un des plats que l’on adore manger à l’île Maurice ! Surtout la daube poule ou daube de poulet qui nous rappelle vraiment la simplicité de la cuisine de la grand-mère ! Parfois, cela veut aussi dire rougaille ou le mot daube peut-être un synonyme. Par exemple, on pourrait dire la daube ou rougaille poisson pour au final dire la même chose ! Ce plat nous vient certainement de l’héritage apportais à époque pendant la colonisation française de l’île Maurice. Car oui la daube est une spécialité très française mais n’est pas du tout comme sa cousine mauricienne !

Évidemment, comme tous les plats qui ont voyagé, la daube a été revisitée d’une belle manière par les Mauriciens. De plus, chaque Mauricien a sa recette sachant que l’on peut soit y mettre que des pommes de terre, c’est la version classique puis rajouter des carottes ou encore des petits pois (je l’explique plus).

La meilleure des daubes que j’ai mangée est celle de Tantine Loga, la soeur de mon père, la recette de ma grand-mère apparemment…Un goût de comme on dirait en créole « manzer lontan ». La daube se mange avec du riz, du satini cotomili si on veut et au final cela dépend des familles ! Je vous laisse découvrir la recette plus bas !

Pour 6 à 8 personnes

Chaque personne a sa recette de daube de poulet, certains ne mettent que des pommes de terre, d’autres les couplent avec des carottes (comme ici) et pour finir certains rajoutent des petits pois (je vous conseille des frais c’est bien meilleur). Ici, j’avais envie de simplicité et reproduire la recette de ma grand-mère paternelle que ma tante Loga, sa fille cuisinait aussi !

Ingrédients

  • 1 poulet entier de 2kg environ ici*
  • 6 tomates grappes et 100g de passata (coulis de tomates) bio mixées ensemble avec un peu d’eau
  • 1 gros oignon haché
  • 1 cuillère à soupe de pâte d’ail et gingembre (ou tant pour tant d’ail et gingembre mixés ensemble)
  • 10 branches de thym frais ou 5 branches de thym séché (plus fort en goût généralement)
  • 1 cuillère à café bombée d’épices La daube (cependant si vous n’en avez pas, 1 cuillère à café de cumin en poudre, 3 clous de girofle et 1 petit bâton de cannelle)
  • 1 bouillon de poule (optionnel)
  • 1 carré ou une cuillère à café de sucre
  • 6 pommes de terre moyennes
  • 6 carottes moyennes
  • 1 piment rouge ou vert
  • Sel & poivre
  • Huile végétale (l’huile d’olive ou de colza conviendront très bien)
  • Quelques branches de coriandre fraîche hachées pour parsemer à la fin

*Pour le poulet, beaucoup de personnes optent pour les escalopes par flemmardise mais le secret du goût d’un bon la daube poule réside dans les morceaux avec des os et qui plus est dans la carcasse du poulet. On retrouvera ainsi le goût de la cuisine de nos grands-mères de cette façon. De plus, d’un point de vue économique, le poulet entier est beaucoup plus intéressant. Le mieux c’est d’aller à la boucherie d’une grande surface et de demander au boucher qu’il vous découpe un poulet en morceaux afin de gagner du temps cuisiner après.

Préparation

1 – Commencer par découper le poulet en morceaux si ce n’est pas déjà. Il faudra même découper la carcasse en trois idéalement avec un « couteau chinois » (dit couperet ou feuille de boucher). Enlever la peau de chaque morceau dans la mesure du possible. Ici par exemple, les ailes sont restées intactes et certains morceaux de la carcasse également où ma peau était trop attachée.

2 – Éplucher et préparer tous les légumes puis les couper en morceaux, les pommes de terre en deux et les carottes en tronçons. Hacher l’oignon et préparer l’ail et le gingembre si besoin (si pas de pâte d’ail et gingembre toute prête).

3 – Dans une sauteuse/cocotte, faire revenir dans un peu d’huile, l’oignon haché, la pâte d’ail et gingembre, le piment, le thym, les épices ainsi que le bouillon de poule. Ajouter ensuite les morceaux de poulet. Les laisser dorer avant de les retourner. Il faut savoir que plus on remue une viande et moins elle risque de dorer.

4 – Ajouter ensuite le mélange de tomates à la préparation, saler et poivrer en ajoutant le carré de sucre aussi. Déposer les pommes de terre et les carottes et les recouvrir d’eau. Laisser mijoter à feu moyen pendant 30 minutes à couvert puis à découvert pendant une quinzaine de minutes pour que la sauce épaississe un peu. Parsemer ensuite de coriandre fraîche. Servir avec du riz basmati nature ainsi qu’avec un bon satini cotomili.

*Les textes et photos du blog http://latelierdekristel.com sont la propriété exclusive de Kristel FROGER, créatrice de L’atelier de Kristel et sont protégés par les textes de loi L111-1 et L123-1 du code de la propriété intellectuelle.
La reproduction du contenu de ce blog, en tout ou en partie, est interdite sans la permission écrite de l’auteur (sauf mention particulière) et reste constitutive d’un délit.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Previous Post Next Post

Vous pourriez aussi aimer

1 Comment

  • Avatar
    Répondre Kris PADAYACHY 23 mai 2019 at 16 h 52 min

    Miiiiiaaaaammmmm ??? !
    Merci pour la recette qui met l’eau à la bouche rien qu’à voir les photos…
    T’es une vraie Chef chère Kristel ??? !
    Bravo ???? ! Félicitations ?❤ !
    Bonne continuation ?☀️?✌ !

  • Laisser un commentaire