« Gato pima » ou « Gâteaux piment »: Falafels à base de pois cassés jaunes, un classique de la street-food à l’île Maurice !

Les Mauriciens aiment quand ça croustille ! Une recette sans-gluten qui vaut le détour !

Nous allons voir comment confectionner les fameux Gato pima, Gâteaux piment ou Bonbons piment pour les Réunionnais. Pour cette recette, il y a plusieurs versions mais voilà je vous donne la mienne qui est un mix de toutes celles qui me plaisent, chaque Mauricien à sa façon bien à lui de réaliser cette spécialité et au final je dirai que chacune est bonne a sa manière ! Les pois cassés jaunes sont les pois utilisés pour ces derniers et d’ailleurs les Grecs les utilisent aussi et l’appelle Fava de Santorin.

Les Gâteaux piment font partie de la culture street food mauricienne, c’est comme on dit en créole un « gajdak » (apéro ou tapas à la Mauricienne), on peut aussi le manger à toute heure car oui les Mauriciens aiment bien grignoter, le snacking en général et peuvent même manger un quatre-heure ou un petit-déjeuner salé, pas de tabou chez nous ! 

C’est très commun lorsque l’on invite des gens de faire ça pour l’apéro, on le mange également dans du pain (de la bonne baguette fraîche) avec du beurre en guise de casse-croûte et même avec du fromage Kraft, le cheddar apprécié localement avec une bonne tasse de thé mauricien au lait ! Autrement, on peut les cuisiner en sauce soit en rougaille ou pour faire un curry masala (dit curry burry/cari bari) ou encore un satini gato pima (chutney de gâteaux piment). Une bonne façon de les accommoder lorsqu’il en reste car ils deviennent mous et moins bons de ce fait !

On les trouve souvent dans les rues ou bazars (marchés) vendus par ce que l’on appelle des « marchands gato », gâteaux à l’île Maurice ne signifient pas seulement des douceurs sucrées mais également des beignets salés ou sucrés ou autres amuse-gueules frits.

Les Gato pima se sont les cousins des Masala Vada, une spécialité du sud de l’Inde. Ils s’apparentent également aux falafels juifs ! 

Je fais une petite dédicace à Hugo Jacquemond qui était au collège avec moi qui m’avait, il y a longtemps, demandé la recette de ces gâteaux, c’est lui qui m’a poussé à publier cette recette initialement. 

Je vous laisse découvrir ma recette plus bas et n’oubliez pas de me faire un commentaire pour me dire que vous l’avez testée !

Petite vidéo souvenir d’un live fait avec Je Cuisine Créole d’une recette de gâteaux piment !

Recette mauricienne avec Leslie de Je cuisine Créole !

Slået op af L'atelier de Kristel i Mandag den 20. marts 2017

Petite précision avant de commencer, je vous livre la recette pour un kilo de pois cassés jaunes, quand je fais des gâteaux piments, je préfère faire beaucoup de « pâte » d’un coup puis la congeler dans plusieurs sachets différents comme ça j’en ai toujours sous la main quand j’ai des invités ou des imprévus, ça dépanne toujours d’en avoir dans son congélo. 

Si la pâte est trop humide, vous pouvez la saupoudrer d’un peu de farine de blé ou de pois chiche , de fécule de maïs ou de tapioca pour les sans-gluten ,  pour absorber l’humidité bien sûr en ne manquant pas de mélanger le tout.

Si vous ne trouvez pas de pois cassés jaunes, vous pouvez aussi utiliser des pois du cap (gros pois), les Réunionnais, eux, les utilisent pour faire des bonbons piment. Il ne faut pas se priver et tester avec d’autres légumineuses telles que les lentilles corail (rouges), des Chanal Dals, des Toor Dals et la liste est longue ! Le principal c’est d’essayer la recette et peu importe ce que vous utilisez comme pois ! Par contre les pois cassés traditionnels verts sont plus compliqués à utiliser du fait qu’ils sont moins tendres et se défont dans l’huile la plupart du temps, il faudra bien enlever l’eau qui les empêche de rester « collés ».

Ne pas trop saler non plus au début, frire un gâteau piment puis le goûter, si pas assez salé, ré-ajuster l’assaisonnement.

On peut également ajouter des brèdes cressons ou chouchous ou encore de la mie de pain trempée ! Tout est possible !

Pour une centaine de petits gâteaux piment 

Ingrédients

  • 1 kilo de pois cassés jaunes (dhall petits pois) 
  • 2 à 3 oignons hachés (ici oignons rouges « botte »pour la couleur)
  • 1 botte de cive (ici ceux qui sortent des oignons « bottes)
  • 4 petits piments oiseaux hachés rouges ou verts (optionnels)
  • 1 cuillère à café de bicarbonate de sodium (optionnel)
  • 5 cuillères à soupe de graines de cumin (ti lani)
  • 1 cuillère à soupe d’anis (gros lani)
  • 1 petite botte de coriandre fraîche hachée
  • 10 branches de menthe hachées (uniquement les feuilles)
  • 25 feuilles de curry réduites en petits morceaux 
  • Sel & poivre
  • Huile de friture (de colza ou de tournesol)

Préparation

1 – Mettre à tremper une nuit ou au moins 3h avant la préparation dans de l’eau froide les pois cassés afin qu’ils deviennent mous.

2 – Bien égoutter les pois cassés après trempage et mettre dans un hachoir pour les mixer. Les mixer une obtenir une pâte fine mais avec des petits morceaux quand même, voir photo ci-dessous. Il faudra mixer coup par coup les pois cassés car les 1kg ne rentreront bien évidemment pas tous d’un coup dans votre hachoir.

3 – Récupérer la première tournée mixée et y ajouter l’oignon, les piments, le bicarbonate, la cive (ciboule/ciboulette ou oignons nouveaux), le cumin, les graines de fenouil (gros lanis), la coriandre (cotomili), la menthe, les feuilles de curry (caripoulé), le sel & le poivre.

4 – Mixer le reste des pois cassés et les ajouter au fur et à mesure dans le saladier où tous les ingrédients avaient été mis.

5 – Mélanger la pâte à gâteaux piment à la main. Si vous trouvez la pâte trop liquide est pas assez « sèche », n’hésitez pas à la saupoudrer de farine ou de fécule. Il ne faut pas trop en mettre car on va perdre la texture désirée. On veut une robe croustillante et un intérieur moelleux.

6 – Mettre de l’huile à chauffer et une fois qu’elle est bien chaude, former des boulettes. Les plonger dans l’huile et les faire frire jusqu’à tant que les gâteaux piment soient bien dorés. Il faut que l’huile soit bien chaude pour ne pas que les gâteaux piments adsorbent trop de matière grasse et puissent être saisis d’un coup. Pour savoir s’ils sont cuits, vous pouvez en goûter un pour avoir le cœur net, vous le saurez si ce n’est pas cuit car les pois cassés crus, ce n’est pas très bon ! Ré-ajuster l’assaisonnement en sel si besoin au passage. Bonne dégustation !

Dipin Gato pima 

Photo du sandwich avec des gato pima, du beurre et un petit extra, du fromage Kraft que m’a recommandé ma compatriote Cuizine Maurice.

 

Denise tenant l’assiette de Gato Pima sans gluten (amidon de tapioca intégrée pour ôter l’humidité)pour Happy and Bio !

*Les textes et photos du blog http://latelierdekristel.com sont la propriété exclusive de Kristel FROGER, créatrice de L’atelier de Kristel et sont protégés par les textes de loi L111-1 et L123-1 du code de la propriété intellectuelle.
La reproduction du contenu de ce blog, en tout ou en partie, est interdite sans la permission écrite de l’auteur (sauf mention particulière) et reste constitutive d’un délit.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Previous Post Next Post

Vous pourriez aussi aimer

12 Commentaires

  • Avatar
    Répondre Angelina 4 décembre 2015 at 15 h 45 min

    Miam ! Votre 1ère photo donne envie de croustiller dedans….Et en plus, c’est très bien expliqué et plutôt simple à réaliser. Merci pour cette super recette qui en plus nous fait voyager à l’ile Maurice. ;o)

  • Avatar
    Répondre Anuradha 29 mars 2016 at 6 h 58 min

    Votre recette tombe à pic, j’ai mes dholl qui ont trempé toute la nuit et aujourd’hui c’est journée gâteau piment – commande spéciale de mon fils.
    Merci et une très belle journée à vous !

    • Avatar
      Répondre Marie Bubusc 13 octobre 2019 at 6 h 13 min

      Bjr. Je vais le tester lundi en huit.
      Et je vous dirai ça. La recette ressemble à les souvenirs d’enfance.

  • Avatar
    Répondre Béatrice 14 juin 2016 at 15 h 47 min

    Géniale et très facile la recette. J’ai tout préparé hier soir et j’ai mis la préparation au frigo. J’ai voulu faire les petites boules mais ça se défait. Que faire?

  • Avatar
    Répondre gridelle 21 mars 2017 at 18 h 16 min

    c’est un classique ici aussi à La Réunion! j’adore ça!

    • Avatar
      Répondre @latelierdekristel 28 mars 2017 at 15 h 06 min

      Oui c’est clair qu’à la Réunion c’est pareil ! C’est une institution même 🙂 !

  • Avatar
    Répondre Jeune Lady 21 mars 2017 at 20 h 14 min

    Belle découverte, merci !

    • Avatar
      Répondre @latelierdekristel 28 mars 2017 at 15 h 06 min

      De rien Jeune Lady ! Merci pour ton commentaire 🙂

  • Avatar
    Répondre Poivré Seb 22 mars 2017 at 23 h 04 min

    Très beau Kristel 😉 j’aime ce genre de gâteaux piment !!
    Les photos sont très belles également.
    Bonne soirée
    Seb

  • Avatar
    Répondre Meyrieux jade 20 août 2017 at 10 h 34 min

    Recette testée et approuvée grâce aux merveilleux conseils de kristel ?
    Un conseil testez cette recette de gateaux « pima » rapidement !!!! Elle vous transportera directement dans un petit marché de Maurice ôu l’on achète ces petits  » gadjak »???
    J’adore ! Continue la ainsi kristel!
    Mo embrasse Toi
    Jade

  • Avatar
    Répondre Cécilia 7 janvier 2018 at 18 h 21 min

    Humm ça me donne trop envie !
    J’ai un paquet de dholl qui traîne dans le placard depuis maurice 2016…, ce serait l’occasion de tester ah ah
    Merci pour toutes ces recettes.

  • Avatar
    Répondre Sophie 2 août 2019 at 9 h 42 min

    Chère Kristel,

    je suis en ce moment en vacances en Serbie (Belgrade) d’où est mon mari et un de ces amis m’a demandé de participer à un séminar sur la cuisine mauricienne. Je ne suis pas chef et je le fais simplement par plaisir. Ce sera ce Lundi et je tenais à vous remercier car je vais sans doute utiliser certaines des recettes que vous partagez sur votre blogue. Je tiens a préciser que je vous mentionnerai comme source d’inspiration, surtout a ceux présents qui sont francophiles. Ce sera, gato pima, rougaille saucisse, kalia poulet et quelques autres petites choses simples. Merci encore.

    Sophie

  • Laisser un commentaire