Articles signés

@latelierdekristel

Salade de pâtisson jaune : des souvenirs chaleureux de repas de famille ! Un légume très connu à l’île Maurice !

Une recette facile, bonne et diététique !

Il y a des légumes que l’on mange plus que d’autres lorsque l’on passe d’un pays à l’autre ! Le pâtisson fait partie de ces derniers ! À l’île Maurice, c’est un légume très commun que l’on trouve facilement au marché ou dans les grandes surfaces. Il est toujours de couleur jaune et sa peau est tendre. En France on trouve plusieurs sortes de cette cucurbitacée, on en trouve des jaunes, oranges, vertes, blanches et j’en passe ! Je ne les connais pas toutes ! Une fois, j’ai acheté de la blanche, j’ai testé la cuisson avec la peau et résultat des courses : c’était très dur ! Ce n’était pas aussi bon que la variété jaune !

Bref…je me suis plantée à la cuisson, ne me doutant pas que cela serait comme la peau du potiron par exemple ! Si vous voulez en savoir plus sur ce légume, je vous invite à aller sur le site de Au jardin où vous trouverez une fiche complète technique sur celui-ci.  Selon mes souvenirs, on en mangeait surtout lors de repas de famille, c’était le plat « sain » de la soirée car on l’accompagnait de poulet frit et d’autres sortes de plats. Nous, les Mauriciens, on mange beaucoup et on essaye d’équilibrer au mieux en mangeant plein de légumes différents à chaque repas. Trois personnes de ma famille maîtrisent cette salade à la perfection, ma maman, ma tante Bébé et ma tante Choka ! Ma mère est une grande partisane de ce légume qu’elle fait à beaucoup de sauces ! Sa chaire est en effet d’une tendresse très appréciable.

Je vous laisse découvrir ma recette plus bas, je ne peux pas m’étendre d’avantage ! Pour les gens du coin, j’ai pu trouver ce légume au magasin La Normandie à Pleine Bouche. Je vais être dans les travaux de ma cuisine et ne pourrai pas vraiment être présente sur le blog, n’hésitez pas à me suivre sur les réseaux sociaux, Facebook et Instagram ! Merci !

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sacre Manga : chutney de mangue aux épices revisité et réalisé pour la sortie du nouveau foie gras au Colombo et au Rhum de Montfort !

La Maison Montfort a décidé d’explorer la Route des Épices cette année en proposant trois foies gras aux parfums exotiques !

Le foie gras n’est pas une spécialité mauricienne mais ce que j’apprécie avec tous les produits que je travaille que ce soit au niveau local (national) ou international, c’est justement la possibilité de créer de nouvelles saveurs ! J’adore la cuisine fusion ! J’ai eu la chance de travailler jeudi dernier pour la marque Montfort à l’occasion d’une soirée de lancement pour ces trois nouveaux foies gras aux influences exotiques ! Ce fût un véritable voyage pour mes papilles et pour celles des autres !

Que fis-je exactement pendant cette soirée ? Eh bien, je représentais tout simplement un des foies gras en question qui mettait les saveurs des îles en avant ! Montfort m’a mis au défi de réaliser un chutney de mangue qui irait avec ce dernier…jusque là rien de compliqué…n’est ce pas ? Cependant, ils m’ont demandé de faire une recette à ma sauce, avec des ingrédients originaux etc. Pour moi, c’était vraiment un challenge car le foie gras des îles était aux épices Colombo (le curcuma ressortait vraiment) et au Rhum, je devais faire un chutney épicé mais qui ne couvrirait pas son goût  mais qui au contraire le mettrait en valeur.

Apparemment, selon les gens présents, j’aurais relevé le pari et le chutney aurait bien plu ! À l’île Maurice, le Sacre Manga est un mets sucré épicé servi lors de cérémonies religieuses et s’imbrique dans la cuisine végétarienne tamoule. On le mange sur une feuille de banane surtout lorsque l’on fait des sept caris ! Aussi, le Sacre Manga y est beaucoup plus liquide et là j’ai adapté la recette de sorte à ce que la texture corresponde au foie gras et que l’on ait vraiment celle du chutney en bouche !

Deux autres foies gras étaient à l’honneur ce soir-là, celui du Japon qui était au saké et baie de sancho et celui du Brésil qui était à la cachaça et au poivre de Bélem ! Deux autres délices que mes consoeurs blogueuses du blog Pas de salade entre nous ont su mettre en valeur à leur tour ! J’espère que vous irez tester ces foies gras assez surprenants, ils sont particuliers, délicieux, on les aime ou pas selon ses goûts ! Je dirai que dans la vie, il faut savoir tester de nouvelles saveurs avant de dire que l’on n’aime pas…

Pour ma part, mes deux coups de coeur ont été le foie gras des îles et celui du Brésil ! Mais, encore une fois, ce n’est qu’une question de goût ! Je vous laisse découvrir ma recette plus bas et surtout n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire si vous étiez à la soirée et que vous pouvez témoigner sur ce chutney qui va plutôt bien avec le foie gras des îles ! Je précise qu’il y a des photos de la soirée à la fin de mon article. Bonne lecture !

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Carry Dhal Gram : Curry Masala d’agneau aux pois cassés jaunes ! Un véritable régal !

Une spécialité de ma maman propre à la communauté tamoule à l’île Maurice!

Quand je suis au bout du bout de la nostalgie, il y a un plat que j’aime réaliser ! Un plat tellement goûteux que ma maman me faisait ! Elle faisait souvent le Carry Dhal Gram ! Un délicieux curry d’agneau avec des pois cassés jaunes (Chana Dhal) ! C’est un plat qu’elle faisait surtout lorsque l’on avait des invités car la viande d’agneau était assez onéreuse et elle l’accompagnait de riz Basmati nature servi également avec un rasson de Poulet (sorte de bouillon de poulet aux épices, la recette viendra bientôt).

C’est un plat assez familial et chaleureux je trouve ! L’automne approchant, il me semblait que cette spécialité était la bienvenue ! Des épices, de la sauce, de la viande, de quoi se réchauffer tout simplement ! C’est un également un plat de fête que l’on fait parfois à l’occasion de Vindoo, repas de mariage tamoul organisé après la cérémonie religieuse chez les mariés respectifs, une fois chez la famille de la fille puis chez la famille du garçon. Chez nous, c’est assez long et compliqué car les mariages tamouls (hindous) s’organisent sur toute une semaine. On ne fait que manger !

Cependant, pour revenir à mon amour du Carry Dhal Gram, j’avais la chance d’avoir une maman qui nous faisait quotidiennement des plats de ce type, tous les jours étaient des jours de fête avec elle ! Elle nous a bien nourris, d’ailleurs si vous voyez des photos de moi sur les réseaux, vous pourrez confirmer l’information donné. Je vous laisse découvrir cette savoureuse recette plus bas. Encore une fois, celle-ci est ma version. Étant très active, j’essaye de manger de la cuisine traditionnelle mauricienne mais de ne pas perdre trop de temps en cuisine.

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Kebab mauricien maison : du bon « Chicken Shawarma » servi dans une baguette avec une salade composée épicée !

Une recette incomparable au kebab turc : ici les épices Tandoori sont à l’honneur ! {Test de mon nouveau joujou : un appareil à Kebab}

Hey les petits gourmands ! Je reviens avec une nouvelle recette gourmande ! Cette semaine, je suis d’humeur à partager un max de recettes. Je suis toujours en vacances et je me disais que cette recette de Kebab mauricien respirait le soleil de l’été alors pourquoi pas vous la partager avant qu’il ne soit trop tard ! J’ai espoir que le beau temps dure jusqu’à octobre et que l’on continue à manger des grillades car j’adore ça !

Avant de venir en France, j’avais toujours entendu parler du « Grec » ou du « Kebab » par mon frère qui vit ici mais j’avais aussi eu écho qu’il ne s’agissait en rien du kebab que l’on avait à l’île Maurice. Au final, après avoir fait des recherches, la définition de Wikipédia m’a suffit pour comprendre quelque chose : « Le terme kebab signifie « grillade », « viande grillée » et désigne différents plats à base de viande grillée dans de nombreux pays ayant généralement fait partie des mondes ottoman et perse (dont l’Inde du Nord) ».

Au final, le Kebab ça veut tout et rien dire à la fois ? Je me trompe ? A l’île Maurice, c’est la communauté musulmane qui mène ce marché et celle-ci est plutôt du Nord de l’Inde donc on se rapprocherait donc des origines du Kebab. Cependant, chez nous comme il y a beaucoup d’hindouistes (57% de la population), la viande n’est pas mélangée avec du veau (la vache sacrée). Le poulet est très consommée et passe partout chez nous. Plus bas, je vous ai ajouté une vidéo réalisée par Florian OnAir, je vous invite à aller suivre sa chaîne et à le suivre sur Facebook et Instagram également.

Vous comprendrez ce qu’est le Kebab mauricien enfin même si Florian nous dit que c’est un « sandwich au poulet » hehe. Pour moi, je trouve que c’est délicieux et qu’il y a un mélange de saveurs avec les épices Tandoori qui sont ici utilisées. C’est relevé comme il faut ! Je préfère le Kebab mauricien au sandwich au poulet français ! Désolée les Français !

Pour finir mon article et vous laisser aller voir la recette plus bas. C’est une recette que j’ai réalisée dans un grill vertical pour brochettes et kebab. C’est un partenariat avec le site Pearl.fr . Pour être honnête avec vous, il ne fonctionnait pas quand je l’ai reçu car la tige du milieu ne faisait aucune rotation, c’est justement ce mécanisme sur lequel reposait entièrement la cuisson de la viande. Heureusement que j’ai un mari bricoleur qui me l’a démonté et réparé. Cependant, après réparation c’était impeccable ! Il faut savoir que je n’avais pas le modèle le plus cher non plus donc kit à investir autant mettre trente euros en plus et avoir quelque chose de plus costaud. Il faut savoir que même en cas de défaut, le site l’aurait échangé sans problème. Je vous laisse découvrir ma recette plus bas ! En attendant, bonne dégustation visuelle !

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Kulfi Malaï : Les Popsicles mauriciens ou appelés « sorbets » à l’île Maurice à la pistache & cardamome, noix de coco & vanille ou encore à la rose !

Une glace ancestrale vendue dans les rues de l’île Maurice : un classique de la Street-food !

« Kulfi Malaïïïïïiiiiii ! Kulfi Malaïïïïïiiiiii ! Kulfi Malaïïïïïiiiiii ! », c’était l’hymne que j’avais l’habitude d’entendre dans les rues de ma chère île qui m’incitait à venir acheter ces fameuses petites glaces délicieusement parfumées ! À l’île Maurice, nous avons, comment dirai-je, une culture « street-food » et cette glace en fait partie. D’ailleurs, chez nous, nous les appelons les « sorbets », c’est un terme général qui signifie à la fois en français les « glaces » et les « sorbets ». Si vous voulez en savoir davantage et savoir où en manger à l’île Maurice, je vous invite à aller sur le blog de Céline Simon du blog « Je Papote »=> https://www.je-papote.com/le-sorbet-mauricien.html .

À la différence de celle que j’ai réalisée, là-bas il n’y a pas de pistache, ce n’est pas quelque chose de répandue ou du moins la pistache n’est ni plus ni moins que de la cacahuète. De plus, c’est un fruit à coque assez cher et nous utilisons davantage des amandes pour le remplacer ou de l’arôme de pistache. Ainsi, le Kulfi Malaï est le plus souvent de couleur « beige ».

D’ailleurs en Inde et au Pakistan, c’est à peu près la même chose ! Mais bon, je me suis permis de faire une recette vraiment très européanisée de ce délice avec plusieurs variantes ! Cette recette est donc très simplifiée et a été créée lorsque je n’étais qu’encore étudiante et que je n’avais pas de sorbetière. J’avais déjà vu des recettes où il suffisait de faire chauffer du lait etc. mais je vous avouerai que je n’étais pas satisfaite du résultat car je trouvais la glace trop compacte et pour ainsi dire plus comme du « glaçon ». J’ai donc fait preuve d’imagination en tentant une nouvelle expérience à la confection de ce dernier. J’ai pu ainsi obtenir une texture vraiment très proche des sucettes glacées.

Comme vous le verrez, il y a ici trois recettes environ qui ont la même base. Dans la « Kulfi Malaï », la verte, j’y ai mise trois produits de la marque Jean Hervé car il y a peu de temps de cela, j’ai été invitée à un atelier cuisine organisé par elle et j’y ai découvert ses produits. Le produit phare était le tahin mais je n’ai pas encore pris le temps de l’utiliser. Je ferai une recette fusion avec, à la rentrée. C’est à réfléchir car j’ai beaucoup de recettes à vous partager et suis très en retard !

J’ai décidé de vous faire part de cette recette car avec les beaux jours, c’était plus sympa de la réaliser ! De plus, je trouve qu’elle peut être une recette originale, vite fait et pratique lorsque vous recevez du monde. Je vous laisse la découvrir plus bas.


Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Pima cari » {Piments de Padrón} farcis au thon et au chouchou : un classique de l’apéro mauricien !

Des piments qui ne vous brûleront pas la bouche mais qui auront vraiment le goût de « Reviens-y » !

C’est le moment de se faire plaisir avec ces bons Piments (pima en créole) cari farcis ! Les trucs que je pourrai manger sans modération ! Malheureusement comme beaucoup de choses à l’île Maurice, nous avons beaucoup de fritures et il nous faut faire gaffe aux kilos. Mais bon, le fait de manger énormément de légumes (crus et cuits) compenserait apparemment le tout, c’est ce que disent les Vietnamiens du moins.

Faire des piments farcis en France ! Voilà toute une histoire ! Et pourquoi donc ? Eh bien, tout simplement pour la variété des piments qui a été extrêmement long pour moi à trouver ! Allez savoir pourquoi à l’île Maurice, nous appelons les gros piments les « Pima cari » et que ces derniers sont tellement savoureux, qu’il n’y a qu’au pays que l’on peut en trouver. Ici, j’ai eu droit à des pseudo poivrons, des piments qui arrachaient tellement et dont la chair était tellement dure que j’ai finalement abandonné de les faire ! Enfin, ça c’était avant !

Aujourd’hui, j’en fais et j’adore ça ! À l’île Maurice, je crois que la Rolls-Royce des beignets salés, ce sont justement les Pima cari farcis. C’était les beignets que ma mère faisait tous les dix ans, enfin j’exagère quand même car ce je voulais dire, est que c’était un peu les beignets de luxe que l’on faisait pour des soirées et jours spéciaux.

C’est là que j’ai trouvé les piments de Padrón qui, sans rigoler, sont en réalité les piments cari de l’île Maurice, sauf qu’eux ils viennent d’Espagne et ne piquent pas comme pourraient piquer ceux de chez nous. Pour tout vous avouer, c’est le genre de chose que l’on ne trouve pas partout mais par contre que l’on peut faire pousser chez soit. Autrement, parfois au marché, chez les Maghrébins, je trouve des gros piments qui peuvent faire l’affaire. Voici le lien sur lequel vous pouvez trouver des graines à semer : http://www.crokfun.com/piments/174-graine-de-piment-de-padron.html ! Sinon, bonne nouvelle, en ce moment ils vendent des piments de Padrón chez Lidl !

Pour compléter tout cela, enfin à l’île Maurice, nous faisons une farce au thon et au chouchou, appelé la chayotte ou christophine selon les pays ! Le thon en conserve est une chose que l’on utilise beaucoup dans les îles, on en fait des mets très savoureux ! Il y a quelque temps, j’ai découvert les Conserves françaises de poisson qui regroupent beaucoup de marques de conserves comme son nom l’indique. On a pu constater qu’il y avait des saveurs que l’on ne pouvait obtenir qu’à partir d’une conserve et que conserve n’était pas synonyme de « mauvaise qualité » ou n’était tout simplement pas un terme péjoratif. En effet, si j’avais choisi du thon frais pour ma farce de piment, la tenue n’aurait pas été la même, de même que le goût. Sur ce, après toutes ces explications, je vous laisse découvrir ma recette plus bas ! Et encore bon week-end !

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Curry de poulet & crevettes au lait de coco, une recette qui fait voyager !

Une recette typiquement « Hôtelière » à l’île Maurice !

Chers gourmands, cela fait un moment que je n’ai pas publié de recettes ! Cela fait un moment que je pense à actualiser celles-ci en modifiant les recettes déjà présentes sur le blog et que j’aurai à améliorer. Aujourd’hui, c’est ce que j’ai décidé de faire. J’ai découvert de nouveaux produits tels que l’huile de coco…Enfin l’huile de coco que j’utilisais déjà beaucoup lorsque j’étais à l’île Maurice mais plus comme un allié « beauté ». Il y a quelque temps, il me semble que c’était au moins d’avril, j’ai été invitée à participer à atelier cuisine autour de cette fameuse huile de la marque Comptoirs et Compagnies et il est intéressant pour moi de voir que l’on pouvait aussi bien l’utiliser en cru qu’en cuit et ceci avec deux textures différentes (une fois plus en « beurre » et l’autre en huile). J’ai trouvé cela génial de pouvoir parfumer mes plats jusqu’au bout en utilisant l’huile de coco, que ce soit exotique même à la base ! Car oui c’est une huile naturellement parfumée ! Un apparemment un allié minceur alors pourquoi pas tenter ?

Mais revenons au plat en question : ah le Curry de poulet & crevettes au lait de coco, quel délice ! Il y a tant de souvenirs derrière ce plat, le plus étrange c’est que ce n’est pas un plat que ma maman me faisait ! Cependant, j’ai toujours su que c’était mauricien ou que c’était bien de chez nous même si le lait de coco ne fait pas partie de notre culture. Oui oui oui, je sais, nous avons des noix de coco chez nous mais on en boit soit l’eau ou on en mange la chair. Bref, j’ai finalement creusé dans ma mémoire lointaine et me suis rappelée que c’était plus un plat d’antan qui, selon ma maman, est assez ancien ! Ce curry est précisément un plat d’hôtel, c’est comme cela que je l’appelle !

Qu’entends-je par plat d’hôtel ? Souvent les touristes qui partent à l’île Maurice en vacances ne mangent que dans le cadre de leurs hôtels et les Chefs leur préparent des mets exotiques, principalement des créations à partir de produits locaux. Ici, en l’occurrence, le Masala, le poulet et les crevettes, sont trois produits typiques de la cuisine mauricienne. Le lait de coco par contre n’a jamais été une mode comme elle l’est devenue en France, c’est en arrivant ici en 2008 que j’ai commencé à en mettre dans un peu tous mes plats et que je l’ai finalement adopté. Aujourd’hui je dirai que c’est un peu rentré dans les moeurs d’en utiliser chez nous !

C’est un plat délicieux et une bonne approche pour faire aimer les épices aux gens. Bonne découverte avec la recette qui se trouve plus bas.

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je vous raconte ma participation à la 15ème édition de Fête de la Fraternité à Évreux !

L’île Maurice, dignement représentée, était au rendez-vous lors de cette initiative ébroïcienne !

Chers lecteurs, cela fait depuis Pâques que vous me suivez « en surface » car je suis davantage présente sur Instagram ainsi que sur Facebook et de moins en moins sur le blog étant donné que je cours partout en ce moment. Cependant, comme je voudrais recommencer à vous partager mes recettes, j’ai décidé d’aller à moins d’événements et plus présente pour vous. J’ai pas mal de billets à rattraper, ce sont notamment des recettes et peut-être quelques événements, à définir de mon côté !

Cela fait depuis longtemps que je voulais me faire un Google Calendar et là je me suis décidée ! Je me suis lancée et tout cela pour mieux pouvoir tout gérer. Ma chaîne YouTube a aussi été en stand-by car j’ai d’abord fait un travail d’écriture et ai commencé à travailler avec Jenny Bardelaye, une journaliste-reporter, sur une vidéo qui vous permettra de comprendre maintes choses sur la cuisine de l’île Maurice.

J’enchaîne maintenant avec la 15ème édition de la Fête de la Fraternité qui s’est produit le 3 juin à Évreux où mon amie Brinda Mauritius’ Delights et moi étions là pour représenter notre jolie île Maurice. Dans un premier temps, cette initiative partait du fait que je suis du coin et je m’étais dit que je ne pouvais pas faire autrement que d’y participer.

Je voudrais remercier tellement de gens qui ont aidé en amont, qui ont été là pendant et après de près ou de loin ! Nous avons vraiment vécu cet aspect de la fraternité. France 3 Normandie s’est arrêté sur notre stand et nous a filmées avec Brinda, quelle fierté ! Voici le lien de la vidéo => http://bit.ly/2rxY8C4 .

Mes remerciements vont donc à : Fabrice Froger, Catherine Bouhours, Magali Collard, Bénédicte Mahéo de la Mairie d’Évreux qui s’est montrée très patiente et aimable en toute circonstance, M.Vang Lao le directeur de l’Eure d’Asie, Super U Évreux, Maïta Galliné et Alexandre, Brinda & Dharma Bungaroo, Carole Polak de Un jour une inspiration, Christie Lemaire de Christie’s Shop, Jérémie Laviolette de Monsieur Maurice, Fabienne Joudrier, Bérengère Doby, Michel Nolin & Jean-Pierre Étiévant. 

Pour en savoir plus sur l’événement je vous laisse admirer les photos prises par Carole Polak et par moi-même, même si de mon côté, c’est très pauvre par manque de temps et de disponibilité ! Heureusement que Carole, la professionnelle était là ! Aussi vous pourrez voir comment participer à cette fête, les démarches, quelques points au niveau de l’organisation et comment nous sommes arrivés à relever ce défi tous ensemble !

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Souris d’agneau marinées à la Mauricienne à la menthe, coriandre, cannelle & miel de Printemps : une recette de ma maman!

Envie de préparer un agneau traditionnel pour Pâques ? Pourquoi pas le faire à la Mauricienne pour changer ?

Ahhhh l’agneau ! C’est un délice lorsque l’on sait le préparer et une horreur lorsque c’est mal fait ! Pourquoi ? Je vous dirai que cela dépend peut-être de ce dont à quoi il a été élevé, la nourriture qu’il a mangée, de quel pays il provient et aussi parce qu’en général c’est une viande qui a naturellement du goût ! Chez moi, à l’île Maurice, nous avons plusieurs façons de le préparer selon le morceau choisi. Généralement nous le faisons en curry, en daube (un genre de rougaille) & en grillade ou éventuellement au four si le temps ne s’y prête pas ! Toutes ces préparations font que l’agneau n’est jamais vraiment fort car il est bien assaisonné !

Ici, je vous ai donné la recette de la marinade que l’on réalise lorsque l’on fait des grillades de côtelettes d’agneau mais honnêtement avec les souris d’agneau, c’est vraiment un régal car c’est tendre à souhait ! Maman faisait assez régulièrement de l’agneau. Enfin elle essayait du moins de faire de son mieux car c’est une viande   plutôt onéreuse. Cependant, le bonheur de nos estomacs primait avant toute chose et elle aimait nous préparer de bonnes choses à manger. L’agneau que j’ai utilisé dans cette recette provient de chez Boeuf L’Éclair et vient de Normandie.

Cette recette va pouvoir vous servir pour les barbecues à venir pour cet été et même pour là car il commence sérieusement à faire beau, n’est-ce pas ? L’avantage en plus, c’est que tous les ingrédients sont accessibles et il n’y a pas forcément besoin d’aller dans des commerces spécialisés. S’il vous reste de l’agneau, vous pouvez les couper en morceaux puis en faire un sandwich dans une bonne baguette avec des crudités et de la mayonnaise maison. C’est comme ça que l’on fait chez moi également, c’est très mauricien ! Je vous laisse découvrir cette recette simplicissime mais qui change tout !


Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un bon Mud Cake ultra chocolaté ou appelé « Gâteaux La boue » à l’île Maurice à l’occasion de la Pâques !

Le gâteau de mon enfance revisité à l’occasion de la Pâques ! {concours #LeaderPaques}

En ce moment, je ne publie pas beaucoup de recettes car je suis prise par la création d’une nouvelle entreprise ainsi que par les événements culinaires actuels ! J’ai à peine de le temps de me poser. Je vous rappelle que vous pouvez me suivre notamment sur mon Instagram pour savoir ce que je fais quotidiennement : http://instagram.com/latelierdekristel .

Aussi, je me disais qu’en ce moment vous étiez nombreux à me dire de vive voix que vous aviez testé mes recettes mais pourrai-je me permettre de vous demander de me mettre des commentaires quand c’est le cas ! Certes cela me ferait plaisir mais il y a une autre raison encore plus importante et c’est surtout pour que les internautes puissent voir que les recettes ont été testées par d’autres personnes que moi et que celles-ci fonctionnent bien. Merci encore de vos encouragements ! Cela me fait tellement de bien !

Pour l’histoire de ce gâteau que je vous avais déjà partagé sa recette il y a fort longtemps pour Noël, il y a maintenant quasiment deux ans et j’ai décidé de la ré-actualiser en la modifiant avec des chocolats qui m’ont été offerts par Leader Price. Contrairement à ce que vous pourrez penser, les chocolats n’étaient pas si mauvais, ils étaient même très bons ! Alors pourquoi ai-je décidé de les intégrer à une recette plutôt que de les manger directement ? Je trouve que c’est un réel défi tout d’abord d’intégrer des chocolats à une recette surtout lorsqu’ils ont des formes particulières (ici les mini vaches) et par ailleurs, à Pâques, on mange tellement de chocolat que c’est bien de varier les formes sous lesquelles on les mange sinon on peut vite être repus ! Enfin je parle plutôt de moi !

Ici les mini vaches ont bien trouvé leur place car ça fait la fusion avec la Normandie (référence au rond point des vaches à Rouen pour ceux qui connaissent). De plus, pour en revenir à cette recette et au « Gâteau La boue », c’est une recette que les blancs mauriciens faisaient et que j’ai connu car j’étais dans une école française. Cependant, ce n’était pas du tout connu des autres Mauriciens et c’est un gâteau qui était souvent confectionné pour les anniversaires. Un vrai gâteau de fête pas du tout sec et que les enfants adorent ! A l’occasion de Pâques, celui-ci a eu la chance d’être revisité avec des chocolats intéressants et d’être sublimé par quelques décos offertes également par Leader Price et que vous pourrez retrouver dans leurs magasins à des prix dérisoires. Pour participer au concours afin de gagner la même chose que moi sur ma page Facebook : http://facebook.com/latelierdekristel .

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !