Browsing Category

Gadjaks/Snacks

« Pima cari » {Piments de Padrón} farcis au thon et au chouchou : un classique de l’apéro mauricien !

Des piments qui ne vous brûleront pas la bouche mais qui auront vraiment le goût de « Reviens-y » !

C’est le moment de se faire plaisir avec ces bons Piments (pima en créole) cari farcis ! Les trucs que je pourrai manger sans modération ! Malheureusement comme beaucoup de choses à l’île Maurice, nous avons beaucoup de fritures et il nous faut faire gaffe aux kilos. Mais bon, le fait de manger énormément de légumes (crus et cuits) compenserait apparemment le tout, c’est ce que disent les Vietnamiens du moins.

Faire des piments farcis en France ! Voilà toute une histoire ! Et pourquoi donc ? Eh bien, tout simplement pour la variété des piments qui a été extrêmement long pour moi à trouver ! Allez savoir pourquoi à l’île Maurice, nous appelons les gros piments les « Pima cari » et que ces derniers sont tellement savoureux, qu’il n’y a qu’au pays que l’on peut en trouver. Ici, j’ai eu droit à des pseudo poivrons, des piments qui arrachaient tellement et dont la chair était tellement dure que j’ai finalement abandonné de les faire ! Enfin, ça c’était avant !

Aujourd’hui, j’en fais et j’adore ça ! À l’île Maurice, je crois que la Rolls-Royce des beignets salés, ce sont justement les Pima cari farcis. C’était les beignets que ma mère faisait tous les dix ans, enfin j’exagère quand même car ce je voulais dire, est que c’était un peu les beignets de luxe que l’on faisait pour des soirées et jours spéciaux.

C’est là que j’ai trouvé les piments de Padrón qui, sans rigoler, sont en réalité les piments cari de l’île Maurice, sauf qu’eux ils viennent d’Espagne et ne piquent pas comme pourraient piquer ceux de chez nous. Pour tout vous avouer, c’est le genre de chose que l’on ne trouve pas partout mais par contre que l’on peut faire pousser chez soit. Autrement, parfois au marché, chez les Maghrébins, je trouve des gros piments qui peuvent faire l’affaire. Voici le lien sur lequel vous pouvez trouver des graines à semer : http://www.crokfun.com/piments/174-graine-de-piment-de-padron.html ! Sinon, bonne nouvelle, en ce moment ils vendent des piments de Padrón chez Lidl !

Pour compléter tout cela, enfin à l’île Maurice, nous faisons une farce au thon et au chouchou, appelé la chayotte ou christophine selon les pays ! Le thon en conserve est une chose que l’on utilise beaucoup dans les îles, on en fait des mets très savoureux ! Il y a quelque temps, j’ai découvert les Conserves françaises de poisson qui regroupent beaucoup de marques de conserves comme son nom l’indique. On a pu constater qu’il y avait des saveurs que l’on ne pouvait obtenir qu’à partir d’une conserve et que conserve n’était pas synonyme de « mauvaise qualité » ou n’était tout simplement pas un terme péjoratif. En effet, si j’avais choisi du thon frais pour ma farce de piment, la tenue n’aurait pas été la même, de même que le goût. Sur ce, après toutes ces explications, je vous laisse découvrir ma recette plus bas ! Et encore bon week-end !

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Gâteaux piment », Falafels à base de pois cassés jaunes : un classique de la street-food à l’île Maurice !

Les Mauriciens aiment quand ça croustille !

A l’occasion de la venue de Leslie du blog Je cuisine créole, pour un Facebook live lundi 20 mars à 18h et après avoir abordé cette recette en direct, j’ai décidé de vous mettre à jour celle-ci que j’ai pu perfectionner ! J’ai également refait mes photos, j’aime bien changer tous les ans de mise en scène ! Il y a peu aussi on les a refaits pour la Fête Nationale de l’île Maurice avec ma compatriote Brinda Mauritius’Delights. Nous allons donc voir comment confectionner les fameux Gâteaux piment (Gato pima) ou Bonbons piment pour les Réunionnais. Pour cette recette, il y a plusieurs versions mais voilà je vous donne la mienne qui un mix de toutes celles qui me plaisent, chaque Mauricien à sa façon propre de réaliser cette spécialité et au final je dirai que cela a toujours le même goût ! C’est toujours bon en faite !

Les Gâteaux piment font partie de la culture street food mauricienne, c’est comme on dit en créole un « gajdak »(apéro mauricien), on peut aussi le manger à toute heure car oui les Mauriciens aiment bien grignoter et peuvent même manger un quatre-heure salé, pas de tabou chez nous !

C’est très commun lorsque l’on invite des gens de faire ça pour l’apéro, on le mange également dans du pain (de la bonne baguette fraîche) avec du beurre en guise de casse-croûte, sinon on peut les cuisiner en sauce soit en rougaille ou pour faire un curry masala (dit curry burry/cari bari) ou encore un satini gato pima (chutney de gâteaux piment).

On les trouve souvent dans les rues ou bazars (marchés) vendus par ce que l’on appelle des « marchands de gâteaux », gâteaux à l’île Maurice ne signifient pas seulement des douceurs sucrées mais également des beignets salés ou sucrés ou autres amuse-gueules frits.

Je fais une petite dédicace à Hugo Jacquemond qui était au collège avec moi et m’avait, il y a aussi longtemps, demandé la recette de ces gâteaux, c’est lui qui m’a poussé à publier cette recette initialement. 

Je vous laisse découvrir ma recette plus bas et n’oubliez pas de me faire un commentaire pour me dire que vous l’avez testée !

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Espadon {ou Marlin} fumé maison au bois de hêtre & aux herbes aromatiques sans fumoir et très facile à faire pour les fêtes !

Et si vous décidiez de changer un peu en proposant un poisson un peu plus exotique pour les fêtes ?

À l’île Maurice, je mangeais toujours du marlin fumé et c’était vraiment l’un de mes poissons préférés ! Mais ici, en France, comment vous expliquer ? C’est un poisson que je n’ai jamais pu trouver frais, j’en ai trouvé c’est soit en ligne ou lors de salons gastronomiques tels que le Salon SAVEURS. Autrement, chez Auchan, j’en ai également trouvé et de plus à un prix raisonnable. Pour ce Noël, je voulais à tout prix avoir du marlin fumé et je me suis dit : « mais pourquoi tu n’en ferais pas Kristel ? ». Et c’est ce que j’ai décidé de faire mais avec de l’espadon qui est un poisson très ressemblant au marlin même si ces deux-là ne font pas partie de la même famille contrairement à ce que l’on pourrait penser.

L’espadon est un poisson que j’ai trouvé à la poissonnerie de Carrefour mais je pense que l’on pourrait très bien le trouver ailleurs. J’ai demandé à la poissonnerie de Super U et on m’a dit que c’était plutôt en été alors à vérifier. Pour revenir à l’espadon (marlin) fumé, je me suis longtemps mis des bâtons dans les roues en me disant que c’était ultra compliqué alors que pas du tout.

Je faisais déjà le maquereau fumé moi-même, pour ceux qui m’ont suivie pendant l’été sur mon Instragram, vous l’avez d’ailleurs vu ! Par contre c’était un fumage à chaud et non pas à froid comme ici. La différence est que l’un cuit et fume si je puis dire et que l’autre fume sans cuire la chaire du poisson. Avant de la faire, j’ai quand même un peu chercher sur internet pour savoir si j’étais dans le vrai au niveau de ma technique et je suis tombée sur le blog de Light to me qui m’a conforté dans ma façon de faire, un blog à découvrir ! Je vous laisse découvrir ma recette plus bas !

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Baguettes fromaze » : Bâtonnets de fromage, souvenirs de Tata Loga & un grand classique mauricien bien sûr !

Un petit creux ou besoin d’une idée pour l’apéro ?

Cette recette me rappelle cette époque d’insouciante où je gambadais dans la maison de Tata (grand-père) et Amaye (grand-mère), mes parents m’avaient laissée là-bas car la culture des grands-parents était une institution à l’île Maurice. Je peux dire que celui qui m’a fait aimer manger et qui m’a enseigné sa passion des produits, c’est bien mon Tata Loga (son p’tit nom).

Les « Baguettes fromaze » étaient une de ses spécialités, ce qu’il faisait parfois pour le goûter ou même à grignoter le matin. C’était vraiment la bonne époque où je mangeais tout ce que je voulais, à pas d’heure et où je ne grossissais pas hehe. Cette époque est révolue, maintenant plus de grignotage. Aujourd’hui, je sers les baguettes de fromage à l’apéro puis j’ai bonne conscience !

Ces bâtonnets ne sont pas qu’une recette familiale mais font parte intégrante des gâteaux apéro mauriciens. On les trouve au supermarché, souvent dans des tabagies ou boutiques, chez nous ce sont des petits commercent où l’on peut acheter à la fois des choses à grignoter et à la fois un paquet de cigarette, un peu comme des bureaux de tabac finalement.

Il y a plusieurs sortes mais moi j’aime cette recette, une toute simple comme celle que me faisant mon défunt grand-père. Je pense à mon enfance chaque jour car c’est grâce à toute ma famille que je suis devenue la personne que je suis aujourd’hui. Tata Loga croyait plus que quiconque en moi et quand les gens me disaient que j’étais bête, lui me disait que non et que j’avais du potentiel mais qu’il fallait juste que je trouve mon « truc ». Il persévérait à rester à côté de moi et faisait les devoirs avec moi. Il avait tout appris en anglais mais tellement il était intelligent, il s’adaptait à mes devoirs qui, eux, étaient en français. Sans lui, je n’aurais pas fait d’études, j’aurais sans doute tout abandonné. Je souhaite à tout le monde d’avoir un grand-père comme moi j’en ai eu un. C’est avec quelques larmes qui me glissent des yeux que je vous dirige vers ma recette.

Baguettes de fromage

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Saucisses « Knackis » de poulet sublimées en forme de fleurs légèrement caramélisées à la sauce d’huître et aux piments de Padrón : celles de mon enfance !

Une recette facile, originale, simple et efficace pour bien entamer la semaine ! Des fleurs que les enfants adorent !

Ah les Knackis de poulet, nos saucisses à nous à l’île Maurice ! On pourra dire ce que l’on voudra et que ce n’est pas bon mais je ne peux me défaire de ma culture et de ce que j’ai pu manger pendant mon enfance et mon adolescence. Contrairement à ici, en France, ou les Knackis sont juste bouillis ou faits à la poêle, chez nous les Mauriciens, nous devons toujours cuisiner et faire revenir même les choses qui semblent les plus simples.

Les saucisses de poulet étaient ce que ma mère faisait pour mon casse-croute du midi ou tout simplement le midi lorsque nous étions entre nous et que nous mangions ceci avec du « pain maison », le pain rond mauricien. Bien évidemment, si vous devez reproduire la recette pour vos enfants ou pour vous-mêmes et que vous n’aimez pas le piment, vous pouvez vous en passer. Cependant, ayant grandi à l’île Maurice avec cette culture pimentée, je ne peux, moi, pas m’en passer.

Ces saucisses préparées de la sorte peuvent également être servies à l’apéro avec des petits piques ! Les invités seront à la fois impressionnés par la forme et à la fois par le goût transformé de ces dernières. Vous pouvez sans problème les préparer en avance et les mettre au réfrigérateur puis les réchauffer au micro-ondes.

Certaines personnes aiment également manger ces saucisses avec du riz et une fricassée de lentilles vertes. Une façon assez traditionnelle de manger chez nous à l’île Maurice. Vous me direz, pourquoi ne pas utiliser d’autres saucisses ? Car déjà le goût ne sera pas le même car les Knackis de poulet ou autres, enfin dans ma communauté nous ne mangions pas de porc alors je continue un peu cette tradition en utilisant les saucisses de poulet et c’est ce qu’était le plus vendu comme qualité de saucisses ! Je vous laisse découvrir ma recette plus bas.

Knackis au poulet à la Mauricienne

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Wan tans au poulet à la mode sino-mauricienne en soupe, à la vapeur ou frits, c’est un régal !

Une recette gourmande dont on ne se saurait se passer !

Bonjour à tous ! J’avais quelque peu disparu et il y a des choses merveilleuses que j’aurais voulu vous partager mais comment vous dire que je ne pense pas toujours à tout partager sur les réseaux sociaux ! Cependant, sur Instagram je vous invite à aller voir car c’est bien le réseau sur lequel, j’ai été à peu près le plus active : http://www.instagram.com/latelierdekristel !

Il y a peu de temps comme vous avez pu le voir j’ai été invité à un atelier organisé par la marque Bleu Blanc Coeur présidé par le Chef étoilé Frédéric Simonin et j’ai été sensibilisé à de très bons produits. Je connaissais déjà la marque avant mais j’ai pu avoir un contact direct qui s’avérait être encore mieux ! J’ai donc décidé de mettre au travers de cette recette leur volaille en avant. Il y a des revendeurs qui sont indiqués dans un lien qui se trouve dans ma liste d’ingrédients.

Les Wan tans, on pourrait dire que c’est chinois et pourtant quand j’ai tenté les Wan tans ou plutôt ravioli, dirions-nous davantage en France, j’ai vraiment été déçu par ceux que nous avons à l’île Maurice ont vraiment un goût incomparable. Là où je les préfère, c’est sans aucun doute chez Ah Youn à Vacoas, une bonne adresse si vous allez en vacances là-bas ! Manger local, pas cher, typique et surtout délicieusement bon, c’est là-bas ! Les Wan tans sont faits par la communauté sino-mauricienne mais font partie comme tout est mélangé chez nous de notre culture culinaire.

Ce n’est pas quelque chose que l’on prépare chez soi mais que l’on mange à l’extérieur, on les trouve sous les trois formes que je vous propose ici. On peut les manger également avec des nouilles à l’eau (mines bouillis) lorsqu’il sont à la vapeur sinon en soupe (dit bouillon chez nous), on peut les mixer avec d’autres sortes de boulettes (comme les boulettes chouchous que je vous ai proposé il y a peu de temps de cela). Les Wan tans frits, eux, peuvent très bien se manger en apéro ou on les grignote pendant la journée si on a un petit creux, comme cela arrive très souvent et que nous, les Mauriciens, mangeons toute la journée hehe. Je vous laisse découvrir ma recette plus bas.

Wan tans

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Niouk Yen : Boulettes de « chouchou » {chayotte} & de « chevrettes secs » {petites crevettes de rivière séchées} à la vapeur, une recette sino-mauricienne plutôt originale !

Un classique du « snacking » à la Mauricienne : une bonne façon de se faire plaisir de façon « diététique » !

Bon week-end à tous les cocos & les cocottes ! Un plat diététique sur L »atelier de Kristel ??? Mais est-ce vraiment possible ? Mais oui, mais oui, mais oui ! Le preuve est là en image et à l’écrit… même si j’avoue que je mets beaucoup de recettes de fritures ou de plats en sauce ! Cependant, la cuisson vapeur est aussi très répandue à l’île Maurice, notamment venue avec la culture chinoise (cantonaise). Ces boulettes sont assez « particulières » au niveau de leur goût car les chevrettes secs ont un goût assez fort pour ceux qui n’ont pas l’habitude. Mon mari compare le goût à des « alvins » qu’il utilise pour la pêche, enfin plutôt l’odeur car il n’en a jamais mangé bien évidemment.

J’ai tendance à me dire qu’il est toujours bon de goûter à tout avant de tirer comme conclusion que l’on aime pas quelque chose. Pour ma part, en arrivant en France, il y a plein de saveurs que je n’aimais pas ou que je ne connaissais pas, notamment au niveau des fromages et cela ne m’a pas empêché de me lancer. Aujourd’hui, j’aime ça et même si au départ, je faisais la grimace, j’ai éduqué mon palais de sorte à ce qu’il en soit autrement.

Autre élément qui risque de vous surprendre est la texture un peu « pâteuse » des boulettes, c’est très bon mais il faut avoir l’habitude de ce genre de choses. C’est l’amidon de tapioca, entre autres, qui vient apporter ce côté-ci. Pour revenir aux Niuk Yen ou Boulettes de chouchou, c’est vraiment les spécialités que vous trouverez dans des petits snacks spécialisés dans le domaine style chez Ah-Youn à Vacoas, c’est La bonne adresse avec un grand L ! En attendant, je vous laisse découvrir ma recette  simplicissime plus bas.

Boulettes de chouchou

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Hakiens aux légumes et au poulet : la version mauricienne des nems mais en beaucoup plus croustillante !

Une recette savoureuse et très originale en entrée ou pour l’apéro !

Aïe aïe aïe ! Les Hakiens, vous connaissez ? Hmmm j’en doute fort ! Je pense que les nems oui car en France, on est envahis de nems n’est-ce pas ? J’aimais beaucoup cela au début mais après j’ai commencé à me poser la question de ce qu’il y avait là-dedans et j’ai même appris que ce n’était pas chinois mais vietnamien. Tout cela m’a vite calmée ! D’ailleurs manger un vrai nem fait par un Vietnamien n’a rien à voir avec un nem fait par un Chinois !

Bref, j’ai quitté mes Hakiens pour les nems et je vous avouerai que je les regrette fortement. À l’île Maurice, les Hakiens font partie de la culture du « snacking » chinois (pas le même chinois qu’ici bien sûr) ou c’est une spécialité que l’on retrouve uniquement dans des restaurants sino-mauriciens. Personnellement, lorsque j’étais encore à l’île Maurice, quand le midi je ne voulais pas manger un gros truc, je m’achetais toujours un, voire deux hakiens et les savourais à pleines dents. Un beau mariage entre les légumes râpés et le poulet ! Parfois j’en prenais même au poisson ! Je me souviens, c’est toujours lorsque j’allais à Port-Louis que j’en prenais, c’est là-bas que l’on peut trouver notre « China town » et plein de merveilleuses chose à déguster. N’hésitez pas à tester des « bouis-bouis », ils sont délicieux même là et je dirai là, surtout là.

Autrement les rois du Hakiens chez moi sont mon oncle Vijayen et ma tante Vadee, ce sont eux qui m’ont transmis ce savoir-faire qui n’est pas du tout évident. En effet, le secret du Hakien réside dans la pâte qui se doit d’être croustillante, légèrement friable et pas compacte. Je vous laisse découvrir ma recette et je compte sur vous pour la tester et pour me faire un retour.

Hakiens de poulet Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Roti laviane » : Bœuf braisé parfumé à la sauce soja et aux épices, idéal pour manger avec les nouilles, dans un sandwich ou à picorer pour l’apéro !

Que ce soit chaud ou froid, ce bœuf vous séduira !

Une recette qui a fait fureur lors de ma Garden Party ! D’ailleurs ceux qui ont pu en manger ont eu de la chance car les parts étaient limitées ! A l’île Maurice, ce que l’on caractérise de « roti », par exemple de la viande rôtie (Roti laviane) ou le poulet rôti peuvent très bien être réalisés dans une cocotte tout comme le gratin d’ailleurs. Ainsi, j’ai bien précisé, pour que vous puissiez percevoir l’esprit de ma recette, que la viande était braisée pour vous ici en France.

Le Roti laviane ou la viande était quelque chose que j’adorais manger comme casse-croutes rapides, à l’Échalote (tabagie) se trouvant à l’extérieur de mon lycée, j’achetais souvent du « Pain bœuf », un sandwich à base de cette préparation. C’était également ce que j’aimais comme garniture lorsque l’on allait manger chez Ah-Youn à Vacoas.

C’est une façon de préparer la viande qui est très intéressante car on peut la déguster chaude ou froide. À l’île Maurice, on aime les choses qui ont du goût et même pour des sandwichs froids, nous faisons en sorte à ce que soit plutôt élaboré en goût. Enfin, je vous invite vraiment à tester la viande de cette façon et de prendre du bon temps en mangeant. Je vous laisse découvrir ma recette plus bas.

Boeuf braisé

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rissoles mauriciennes de poulet au thym, persil & oignon servies avec une sauce « garnie »au piment d’Espelette & citron vert {#LBGCOOKINGBATTLE}

Une bonne idée de recette facile pour l’apéro à la Mauricienne : souvenir de mes grands-parents maternels !

Avant de vous parler de la recette qui va suivre, je tiens à vous souhaiter un excellent week-end peu importe ce qu’annonce la météo comme temps ! Ce sera l’occasion d’inviter des convives, de vous retrouver chez vous ou même de vous faire inviter hehe. Lors de la #LBGCOOKINGBATTLE organisée par la marque Le Bol Garni et présidée par le cher Papa en cuisine que l’on aime tous que je remercie et qui m’a conviée à l’événement. D’autres blogueuses ainsi que moi-même et en bonus ma maman, avons eu l’occasion de découvrir de beaux et bons produits avec lesquels nous avons dû créer des recettes en 2h. Je précise vous pouvez les trouver chez Monoprix si vous désirez les acheter !

Les produits de la marque Le Bol Garni étaient les suivants :

  1. Pâte d’ail
  2. Pâte d’aubergine
  3. Pâte de poivrons
  4. Pâte de tomates au basilic

Ce jour-là, Olivier (Papa en cuisine), m’avait dit que je pouvais venir accompagnée et ma maman, étant actuellement en France, est venue avec moi. La grande surprise, pour elle et pour moi, a été que la personne qui nous a accompagnés, participait également à la battle. Comme je le disais sur Facebook & Instagram, c’était l’un des plus cadeaux de Fête des mères qu’elle ait reçu et moi un super moment entre mère et fille ! J’aurais voulu planifier un moment comme celui-là, je n’aurais pas mieux réussi ! Bref c’était génial !

Nous avions un petit buffet avec des épices, de la viande, des légumes, des féculents et tout ce qu’il fallait pour stimuler nos imaginations. Ma mère et moi, nous savions tout de suite, ce que nous allions faire ! Voici donc les Rissoles mauriciens que nous avons décidé d’accompagner d’une sauce à base des produits de marque Le Bol Garni qui celle présentée dans le titre de mon article.

Sur place, nous avions du saumon frais et l’avons donc utilisé pour garnir les rissoles mais ici c’est du poulet que j’ai utilisé hier pour la Fête des voisins. Mon grand-père maternel les adorait et quand je les mange, je pense au moment passer chez lui et après ma grand-père qui pétrissait la pâte (lorsqu’elle était encore bien). Je vous laisse découvrir les deux recettes plus bas que j’ai réalisées avec le Choppy.

Rissoles de poulet

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !