Browsing Category

LA CALE AUX ÉPICES

Poisson Pakora {recette créée lors du #SIA2017 pour une battle food organisée par Pavillon France}

Encore des beignets oui ! À croire qu’ils me collent à la peau ou plutôt aux hanches !

Comment ai-je pu repousser à ce point de vous partager cette recette de Poisson Pakora, beignets indiens ! Les semaines défilent et voilà que cela fait maintenant quasiment trois semaines que le Salon de l’Agriculture est terminé. Tous les ans, Pavillon France, les experts de la pêche française, organise des battles culinaires où s’affrontent des blogueurs et là c’est la deuxième année que j’ai eu l’occasion d’y participer aux côtés de la grande Rose & Cook . Je vous laisserai découvrir les photos prises par mon amie Shaïna, une compatriote et auteure du blog Cookile Paradise plus bas.

Nous avions 30 minutes pour réaliser une recette avec comme poisson du turbot et j’ai eu l’idée de faire ces beignets car ils sont rapides à faire et c’était une valeur sûre au niveau du goût. Cependant, dans quoi m’étais-je embarquée ? Il n’y avait pas d’huile de friture mais juste de l’huile d’olive, moi qui n’aime pas la friture dans celle-ci j’ai dû aller à l’encontre de mes valeurs de goût. Il n’y avait pas d’ail, pas de ciboulette, pas de coriandre mais juste quelques feuilles de menthe, pas de levure ni de bicarbonate.

J’ai donc fait avec les moyens du bord et visiblement j’ai réussi le pari que je m’étais lancé ! Cette recette est donc simplicissime, elle n’est pas mauricienne mais ressemble beaucoup aux croquettes que l’on pourrait faire chez nous et se rapproche beaucoup des Pakora qui sont des beignets indiens. Le zeste d’orange pourrait vous choquer mais je trouve que cela apporte une petite note de douceur à la pâte et une touche d’originalité. Ces Poisson Pakora se marient très bien avec du satini cotomili (chutney de coriandre mauricien). Je vous laisse découvrir ma recette plus bas ainsi que la vidéo bonus qui vous aidera plus à comprendre comment les faire.

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Magret de canard macéré au Cognac mariné au Masala : une recette simple, originale et efficace !

Le Magret de canard ne plaît pas toujours dans mon entourage alors j’ai dû trouver une solution !

Vous connaissez les gens qui vous disent qu’ils n’aiment pas l’agneau et que certains magrets de canard ont parfois le goût d’agneau ? Je présume que non et que je suis l’une des rares personnes à avoir hérité de spécimens de la sorte. Pour tout vous dire, la première fois que j’ai réalisé cette recette, c’était pour le 25 juin 2016, à l’occasion du mariage de mes amis Jean-Paul & Virginie, cela vous parle-t-il ?

Boeuf L’Éclair était mon fournisseur pour l’événement en question et a aussi contribué à cette recette en me faisant découvrir le magret de canard macéré au Cognac. Je vous avouerai qu’au départ j’avais peur en me disant que cela ne servait pas à rien puisque j’allais faire une marinade mais finalement le Cognac a apporté une douceur et une tendresse au canard auxquelles je ne m’y attendais pas.

Pour revenir à cette recette et son lien avec l’île Maurice (car bien évidemment il y en a forcément un hihi), j’ai pris la technique du poisson licorne (corne) qui est un poisson gras à chair ferme et que l’on fait mariner dans du Masala et que l’on fait frire après. Ce poisson a un goût et réussit à trouver un équilibre grâce au Masala qui lui donne à la fois une puissance mais qui lui apporte un petit « je ne sais quoi » en plus. Je vous laisse découvrir ma recette plus bas.

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Riz frit poisson salé Snoëk {Sounouk} : spécialité de l’île Maurice, à découvrir absolument !

Vous avez un reste de riz blanc, vous ne savez qu’en faire ? Eh bien, le Riz frit poisson salé est là !

Ah le Riz frit (au) poisson salé ou « Diriz frire poisson salé » en créole, il y a plusieurs façon de l’appeler ! En France, les plats les plus basiques doivent être le jambon coquillettes, le steak haché purée ou je ne sais quoi encore. Cependant à l’île Maurice, il n’y a aucun « basique » sans goût ! C’est toujours cuisiné, sauté, frit, cuit à l’étouffé et surtout relevé en épices ou en produits délicatement choisi pour leurs goûts prononcés.

Le poisson salé Snoëck prononcé « Sounouk » est un poisson salé et séché, assimilé à la morue. Il est utilisé dans plusieurs plats, généralement, étant donné que la préparation est quelque peu odorante et qu’il faut d’autant plus y mettre les doigts, on essaye d’en faire un maximum et on le conserve soit au réfrigérateur soit au congélateur.

Pour ma part, je préfère dessaler une bonne quantité de poisson salé, tout faire frire (car oui ça se frit) et mettre au congélateur. Cela me permet ainsi de toujours en avoir sous le coude et réaliser de bons petits plats avec ! Comme par exemple « le Rougaille de poisson salé » ou d’en rajouter à certains légumes pour donner du goût. Bien évidemment, ce poisson n’est en aucun cas au goût de tous mais il est primordial pour les curieux d’en goûter au moins une fois.

Le poisson salé fait généralement partie des genres de choses que si l’on a pas grandi avec, on a du mal à en manger. Les rognons pour moi sont les exemples même de ce que je n’ai pas connu et lorsque j’ai dû en manger, excusez-moi pour le terme que je vais employer, mais cela avait un goût de « pisse ».

Le Riz frit poisson salé est pour moi une spécialité que l’on fait chez soi, je n’en ai jamais vu au restaurant sauf dans un petit snack nommé « Salé, sucré » près du Lycée où j’allais avant, le Lycée La Bourdonnais à Curepipe où je mangeais cette spécialité. C’était de bons souvenirs lorsque le midi on sortait avec ma petite classe, on était pas 8, des Littéraires et on avait une belle complicité. En première L, nous étions les Loseuses et en terminale, les TLrocks ! C’était la belle époque où plus que de cuisiner, on mangeait et croquait la vie à pleine dent. Sur ce, je vous laisse découvrir ma simple recette plus bas !

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mon premier buffet de mariage : un réel challenge ! Il était une fois Jean-Paul & Virginie…

Mon aventure culinaire détaillée et quelques conseils si vous aussi vous voulez vous lancer dans la confection d’un buffet de ce type !

Hello ma petite communauté, je suis vraiment désolée de n’avoir rien publié depuis tous ces jours ! Cependant, je n’ai cessé de penser à vous et je sais que vous m’avez suivi sur les réseaux sociaux et que vous avez vu que j’étais en plein boulot ! Eh oui, mon mari et moi, nous avons formé en quelque sorte une bonne équipe de « Wedding planners » pendant une courte durée de nos vies.

Reprenons depuis le début, comment du jour au lendemain, moi, Kristel, simple blogueuse, ai-je été chargée du jour au lendemain de l’organisation d’un buffet de mariage presque que de A à Z ? C’est justement lors du mariage de Clément & Amanda le 2 janvier pour lesquels j’avais d’ailleurs fait mon premier « Wedding cake »que j’ai eu l’honneur de faire la connaissance de Virginie, une femme douce et très spirituelle.

Virginie cherchait à l’époque son Paul ! Non pas comme la romance « Paul & Virginie » mais le Paul dans la Bible. Elle demanda ainsi à Clément & Amanda de prier pour elle afin qu’elle trouve cette homme, l’homme qui deviendrait son mari. Ils prièrent ainsi pour son besoin et c’est le 3 janvier, le lendemain du mariage en question que Virginie connu son Jean-Paul ! Bien évidemment, comme Dieu n’est pas du genre à faire les choses à moitié, elle eu un nom composé et Jean était le deuxième protagoniste qu’elle aimait dans la Bible !

Vous imaginez la suite, je suppose ! Lors du fameux mariage, nous avons eu l’occasion avec Virginie de parler cuisine hehe. C’est vraiment étonnant que, moi, Kristel parle cuisine n’est-ce pas ??? Big lol ! Elle a donc découvert mon blog ! Trois moi après, mon téléphone faisait « Dring…dring » et qui avais-je au téléphone ? Eh bien Virginie ! Elle m’annonçait l’heureux événement de son mariage qui de plus allait se faire à 5 minutes de chez moi le 25 juin.

C’est donc à Prey, dans le beau jardin d’un couple de comédiens Grace & Fabrice, que s’est fait le mariage. Je ne vais pour une fois pas vous donner de recettes ou du moins celles-ci viendront après. Cette article est plus là pour vous inspirer. J’ai pour leur mariage fait un buffet de cuisine fusion avec des épices etc. Je vous laisse découvrir la suite plus bas ! Pour vous donner une idée, tout ce que j’ai fait comprenait 4 jours de travail instance et je remercie mes voisines sans qui, je n’aurais pas pu y arriver ! J’ai la meilleure des brigades ! Courir d’une maison à l’autre, ce n’est pas évident mais sans Lydie, Perrine & Christelle, je serais perdue, je suis tellement gâtée… Un grand merci également au témoin de Jean-paul, Fred sans qui le service aurait été une catastrophe et également pour le coup de main de Christian ! J’ai certainement oublié des gens mais voilà merci à tous !

Buffet mariage

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Gâteaux patates », chaussons de patate douce blanche fourrés à la noix de coco et parfumés à la cardamome : un goûter street-food à la Mauricienne !

Les gâteaux de mon enfance qui ne payaient pas de mine mais au goût exceptionnel !

Hello la compagnie des gourmands de la cuisine mauricienne ! Je continue sur ma lancée de recettes à « anecdotes »même si j’avouerai que quasiment toutes mes recettes sont reliées à des souvenirs et je pense que je ne suis pas la seule Mauricienne dans ce cas-là… Bref, les « Gâteaux patates », encore un nom de spécialité constitué du mot « gâteau » qui peut signifier maintes choses à l’île Maurice : beignets, chaussons et tout simplement gâteau hehe.

De plus, comme vous pourrez le constater, nous ne mettons jamais de « de » entre les mots mais faisons directement une conjonction, ainsi plus jeune, je ne disais pas un « bonbon de menthe » ou « bonbon à la menthe » mais un « bonbon la menthe », bravo l’influence du créole qui est bien fait pour les paresseux comme moi ! Mais revenons à nos patates ! Est-ce la même variété que l’on trouve communément en France ou est-ce autre chose ? Sur notre île, la variété de patate douce qui est utilisée est la blanche. Je pense qu’elle provient de Chine. Attention à bien vous renseigner avant de les acheter car il y a des variétés filandreuses et à éviter pour cette recette.

Pour reparler un peu des « Gâteaux patates » en eux-mêmes, certains disent que c’est le gâteau typique que l’on fait pour Diwali/Dipavali, la Fête de la lumière, mais cela ne m’a jamais sauté aux yeux que c’était cette spécialité en particulier qui était mise à l’honneur. Pour moi, c’est le gâteau de pauvre, facile à faire et merveilleuse bon.

La petite anecdote qui va avec cette histoire concerne une veille femme en sari qui faisait le tour du quartier où vivaient mes grands-parents maternels à Vacoas et qui vendait ses gâteaux patates. Elle avait plusieurs petits sachets en plastique individuels de gâteaux qu’elle vendait à un prix ridicule. J’ai fini par lui en acheter car elle me faisait de la peine et je joignais l’utile à l’agréable car non seulement je savais qu’elle arrondissait ses fins de mois grâce à mes achats (car oui je lui achetais tous ses sachets) mais je me régalais également pour le goûter.

Ainsi si vous allez à l’île Maurice, n’hésitez pas à en acheter soit dans la rue ou soit à un « snack » ou « tabagie », des sortes de coin pour se poser et manger un bout et vous ne serez pas déçus de ce voyage des papilles. Je vous laisse découvrir ma recette plus bas. Petit clin d’œil à Annabelle Permal, une compatriote aussi blogueuse culinaire qui fait de somptueux gâteaux : http://gateauacroquer.com !

Gâteaux patates

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Curry de poulet & crevettes au lait de coco, une recette qui fait voyager ! {#LBGCOOKINGBATTLE}

Une recette typiquement « Hôtellière » à l’île Maurice !

Chers gourmands, tout d’abord, je voudrais vous souhaiter un excellent week-end. Hier soir j’étais au premier Before Dinner organisé par Mon Voisin Cuisine et c’était génial, une soirée riche en échanges entre passionnés de cuisine, je vous invite à aller sur ma page Facebook pour voir quelques photos : http://www.facebook.com/latelierdekristel. Mais ne nous éloignons pas du sujet : ah le Curry de poulet & crevettes au lait de coco !

Il y a tant de souvenirs derrière ce plat, le plus étrange c’est que ce n’est pas un plat que ma maman me faisait mais j’ai toujours su que c’était mauricien ou que c’était bien de chez nous même si le lait de coco ne fait pas partie de notre culture. Oui oui oui, je sais, nous avons des noix de coco chez nous mais on en boit soit l’eau soit on en mange la chair. Bref, j’ai finalement creusé dans ma mémoire lointaine et me suis rappelée que c’était plus un plat d’antan qui, selon ma maman, est assez ancien puis que c’était un plat d’hôtel.

Qu’entends-je par plat d’hôtel ? Souvent les touristes qui partent à l’île Maurice en vacances ne mangent que dans le cadre de leurs hôtels et les Chefs leur préparent des mets exotiques, principalement des créations à partir de produits locaux. Ici en l’occurrence, le masala, le poulet et les crevettes, sont trois produits typiques de la cuisine mauricienne. Le lait de coco par contre n’a jamais été une mode comme elle l’est devenue en France, c’est en arrivant ici en 2008 que j’ai commencé à en mettre dans un peu tous mes plats et que je l’ai finalement adopté.

Lors de la battle pour le Bol Garni, nous avons justement cuisiné ce plat avec ma maman en plus des Rissoles. Cette recette est encore une fois réalisée à partir les produits que j’ai pu aussi découvrir lors de mes différentes « vadrouilles », je pense l’avoir assez mauricianisée hehe! Bonne découverte plus bas !

Curry de poulet & crevettes au lait de coco

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Chips de bananes, un classique du grignotage et de l’apéro à la Mauricienne !

Je vous livre mon secret pour réussir vos Chips de bananes comme au pays !

Hello les gourmands ! Avant de vous souhaiter un bon week-end sauf si vous avez le luxe de faire le pont et que vous êtes déjà en week-end depuis hier, je voulais vous livrer la recette des Chips de bananes mauriciennes ou « Bananes Frire » en créole. Il n’est pas commun en France de manger des chips comme celles-ci car les chips traditionnelles de pommes de terre sont bien installées ! Néanmoins, depuis quelques années, j’ai constaté que les chips de légumes commençaient à devenir à la mode style les chips de betteraves, carottes ou panais !

Par contre, j’ai pu constater que les chips de bananes plantains, elles, commençaient également à faire surface mais je vous avouerai que je préfère celles de chez moi qui sont plus fines, plus croustillantes et plus goûteuses. Contrairement aux plantains, en plus, elles sont salées car on utilise des bananes vertes. Des bananes vertes, on fait également un très bon »Carry banane » !

Traditionnellement, les « Bananes Frire » sont vendus en sachet en en boîte et c’est vraiment quelque chose que l’on peut manger à n’importe quel moment de la journée car je le répète, le Mauricien aime grignoter et la tentation est partout. Je vous avouerai que ce n’est pas quelque chose que l’on fait « maison »car l’industriel est tellement plus facile à acquérir ! Je me souviens que ma mère avait essayé d’en faire et que c’était devenu tout mou et je me suis toujours dit que c’était difficile d’en faire ! Petit article intéressant à lire concernant ces fameuses chips : http://www.lemauricien.com/article/success-story-des-chips-croquantes-au-gout-banane .

Aujourd’hui j’ai changé mon fusil d’épaule ! Quand l’on se retrouve en France comme moi et qu’on adore les Chips de bananes, ça devient vite un manque, c’est là que je me suis lancée et que j’ai réussi à non seulement obtenir de véritables chips croquantes mais également un goût totalement similaires et en plus en faisant tout au pif, comme je sais si bien le faire hehe. De plus, le coût des chips de bananes ayant augmenté à l’île Maurice, j’ai dit à ma mère que ce n’était plus la peine qu’elle m’en ramène car j’arrivais très bien à les confectionner moi-même. Pour les Ébroïciens ou les gens vivant aux alentours d’Évreux, vous pourrez  trouver des bananes vertes à la Madeleine chez Daniel, le Français qui tient une boutique exotique à côté de la Caisse d’Épargne. Je laisse donc découvrir ma recette plus bas.

Banane frire Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Carry Masala de poulet avec des pommes de terre et des petits pois, belle recette colorée de l’île Maurice !

La recette de base à manger lorsque l’on va à l’île Maurice !

Hellooooo les p’tits loups ! Je ne sais pas si vous m’avez un peu suivi la semaine dernière mais j’étais en Bretagne, à Paimpol et j’ai fait un détour par mon épicerie favorite du coin LA CALE AUX ÉPICES !

D’ailleurs je vous précise que vous pourrez commander l’épice dont je vais vous parler en vous adresser directement à Christophe LEMAIRE, le propriétaire, je vous laisse le lien du site avec ses coordonnées : http://www.lacaleauxepices.com/contact/ ! Pas de panique surtout, n’hésitez pas à lui écrire pour lui demander et il vous enverra tout ça par la poste. Ce que je vous conseille, c’est de commander plusieurs épices d’un coup comme ça vous faites le stock pour un petit moment car ça part très vite.

J’ai concocté cette recette suite à la demande de Christophe afin que ses clients puissent se référer à celle-ci lors de l’achat de Masala. Le Masala, c’est vraiment la base de la cuisine mauricienne, c’est un mélange d’épices que l’on pourrait également appeler « Curry ». En créole mauricien, on appelle le plat ci-dessous « Carry » ou « Carry Masala », attention ce n’est pas la même chose qu’à la réunion car le « Cari réunionnais » serait plus une rougaille mauricienne et l’équivalence pour cette spécialité serait le Poulet Massalé là-bas.

Ce plat peut être fait avec ou sans petits pois mais moi je trouve que c’est vraiment exquis avec ! De plus ça donne de la couleur et s’il vous arrive de faire des petits pois en accompagnements parfois et qu’il vous en reste, vous pouvez les recycler en les intégrant dans un bon Carry Masala de poulet (en créole dit Carry Poulet). On mange ce plat en sauce avec du riz blanc ou des Rôtis/Faratas qui sont des espèces de galettes servies en guise en pain. la recette viendra bientôt ! Je vous laisse découvrir la suite plus bas. Belle journée !

Carry Masala de Poulet

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mille-feuilles de foie gras et de « Manga Pachadi », le Chutney de mangue à la Mauricienne

Fusion entre le Sud-Ouest et l’île Maurice

Avec l’arrivée du printemps, les jonquilles en fleur, les rayons du soleil, le week-end de Pâques en perspective j’ai eu envie de faire un plat frais et qui sort de l’ordinaire. Comme vous l’avez vu sur mon blog, ce qui fait ma force aujourd’hui, ce sont mes origines mauriciennes mais pas que…car oui je suis une voyageuse et c’est une énorme ouverture pour moi de vivre en France, le pays de la gastronomie ! À mon arrivée en France, j’ai découvert le canard et j’en suis tombée amoureuse car oui quand on habite Bordeaux, c’est un peu le jeu ! Aujourd’hui je vis en Normandie et c’est la deuxième terre productrice de canards, le saviez-vous ? Autant vous dire que je suis gâtée ! Hehe.

Je vous propose une recette très simple, étant d’origine tamoule, j’ai pensé faire du « Sacre Manga » ou « Manga Pachadi », c’est un chutney de mangue que la communauté tamoule fait à l’île Maurice avec des épices etc. On le fait surtout lorsque l’on fait des « Sept caris » que l’on mange sur des feuilles de banane lors de cérémonies religieuses. Voici une bonne entrée que l’on peut préparer pour Pâques servi avec un bon Champagne, ici une bouteille de chez Canard-Duchêne, un Charles VII blanc de noirs Brut. Voici la recette plus bas.

Cette recette me rappelle aussi des souvenirs, en 2012, j’avais participé au casting de MasterChef sur TF1 et c’est grâce à elle que j’avais pu participer à la première émission.

Mille feuille de foie gras Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Galette des Rois Bollywoodienne avec une Frangipane à la pistache, cardamome et eau de rose et feuilletage inversé maison !

Un peu de moi, un peu de soleil : une bonne façon de ne pas se lasser de la frangipane traditionnelle !

En ce moment, je sais que je ne suis pas très présente mais il faut que je vous raconte tout qui se trame dans ma vie depuis début 2016. Pour commencer cette nouvelle année, j’ai eu l’occasion de faire mon premier wedding cake pour le plus incroyable des mariages auquel j’ai assisté, celui de Clément & Amanda ! Un petit clin d’œil à eux ! Je vous partagerai très bientôt cette expérience, j’attends de recevoir les photos qui ont été prises durant la soirée en question.

Après, vint la rentrée où j’ai revêtu mon armure de super belle-maman taxi-woman pour de nouvelles aventures sur les routes ainsi que celui de Conchita en puissance car oui après les fêtes, il y avait un sacré bazar à la maison. Du coup, j’ai décidé de ralentir le rythme du blog pour le moment car je veux vous offrir bien plus encore pour cette nouvelle année et non pas des articles « bas de gamme ».

J’annoncerai sur ma page Facebook les changements pour cette année car il y en aura pas mal ! Sur ce, je vais vous parler en quelques phrases de cette nouvelle galette qui représente les saveurs que j’aime. Comme vous le savez, je suis mauricienne et j’ai des origines lointaines indiennes. De plus, à l’île Maurice, 60% de la population a des origines indiennes et est beaucoup influencées par le courant du Bollywood. L’industrie du cinéma indien cartonne chez nous car la plupart des Indiens maîtrisent le hindi et apprécie ce genre de films. Pour ma part, j’ai des origines plus du sud et suis tamoule mais cela n’empêche que cela m’a toujours attiré, toute cette musicalité, ce côté mélodramatique et toutes ces couleurs pétantes.

Ma galette est aujourd’hui inspirée du goût que l’on peut retrouver dans les desserts indiens/mauriciens, elle tire vers le goût de la glace Kulfi ou même du Rasmalaï. J’espère qu’elle vous plaira et que vous l’essayerez. Je vous laisse découvrir la recette plus bas. Pour info, la part que j’ai coupée, c’est celle où il y avait la fève donc je suis la Reine (Rani en hindi).

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !