« La Daube poule »: plat en sauce mauricien subtilement épicé à base de poulet, pommes de terre et carottes !

Un plat plein de nostalgie et une recette à 200% « comfort food » !

La daube est l’un des plats que l’on adore manger à l’île Maurice ! Surtout la daube poule ou daube de poulet qui nous rappelle vraiment la simplicité de la cuisine de la grand-mère ! Parfois, cela veut aussi dire rougaille ou le mot daube peut-être un synonyme. Par exemple, on pourrait dire la daube ou rougaille poisson pour au final dire la même chose ! Ce plat nous vient certainement de l’héritage apportais à époque pendant la colonisation française de l’île Maurice. Car oui la daube est une spécialité très française mais n’est pas du tout comme sa cousine mauricienne !

Évidemment, comme tous les plats qui ont voyagé, la daube a été revisitée d’une belle manière par les Mauriciens. De plus, chaque Mauricien a sa recette sachant que l’on peut soit y mettre que des pommes de terre, c’est la version classique puis rajouter des carottes ou encore des petits pois (je l’explique plus).

La meilleure des daubes que j’ai mangée est celle de Tantine Loga, la soeur de mon père, la recette de ma grand-mère apparemment…Un goût de comme on dirait en créole « manzer lontan ». La daube se mange avec du riz, du satini cotomili si on veut et au final cela dépend des familles ! Je vous laisse découvrir la recette plus bas !

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

Omelette ou encore « tortilla » mauricienne : une recette ensoleillée avec des légumes du soleil, du piment et des herbes fraîches !

Comment sublimer une simple omelette ? L’Omelette au jambon, c’est vu et revu alors optez pour le changement !

Cela fait depuis ma tendre enfance que je mange une omelette pas comme les autres, une omelette qui a du goût et qui sublime un plat rapide du midi ou du soir ! Traditionnellement, nous accompagnons celle-ci de riz et d’une fricassée de lentilles (recette à venir sur le blog). Quand je ne sais pas quoi faire à manger, je fais cette omelette et ma famille en est très contente. Elle n’est pas difficile à faire mais c’est ce que l’on met dedans qui fait qu’elle est pleine de saveurs.

Les ingrédients que j’ai utilisés pour la réaliser sont des choses que j’ai toujours dans mon bac à légumes ou dans ma réserve d’herbes aromatiques. C’est une omelette que vous pouvez faire lorsque vous avez du monde car elle est vraiment présentable. Le printemps arrivant, j’ai pensé qu’une recette comme celle-ci pourrait vous plaire. Les choses les plus simples sont parfois et même souvent les meilleures.

À l’île Maurice, nous aimons les choses qui ont du goût et pas celles qui sont fadasses et cette omelette est tout simplement la preuve de notre vision de la cuisine. Cela me rappelle vraiment l’époque où je vivais à l’île Maurice et à chaque fois que j’en mange, je voyage en pensée à la fois dans mes souvenirs d’enfance et à la fois vers mon pays. 

Pour les Mauriciens, cette omelette est vraiment une recette « quelconque » mais si vous êtes comme moi en France et que vous voulez la faire dans un autre contexte, elle convient très bien en apéro. Je la présente comme la tortilla mauricienne que je découpe en petits carrés étant donné qu’elle est épaisse et bien agrémentée. Je vous laisse découvrir la recette plus bas.

Lire la suite





Rendez-vous sur Hellocoton !

Alouda à la rose : lait aromatisé mauricien aux graines de basilic et à la gelée d’agar agar.

Une boisson rafraîchissante idéale pour les beaux jours et facilement réalisable pour les végétaliens !

Le Alouda est une boisson street-food mauricienne que l’on boit dans la rue ou que l’on fait à la maison. Le parfum plus communément retrouvé est celui à la vanille. On peut également le trouver à l’amende, une saveur atypique en France mais qui est similaire au sirop d’orgeat et de couleur verte.

Le Alouda (Alooda) est le petit cousin du Falooda qui un dessert indien que l’on mange froid. Dans les deux cas, on y met des graines de basilic appelées tukmaria ou encore tocmaria et de la gelée d’agar agar. L’agar agar est d’autant plus utilisée à l’île Maurice et dans d’autres pays car il est végétal et contrairement à la gélatine de porc, tout le monde peut la consommer même les hindous et les musulmans ou encore les végétaliens.

Les graines de basilic s’apparentent énormément aux graines de chia mais ce n’est pas la même chose. Déjà les graines de chia proviennent de la famille d’une variété de sauge et qui plus est d’Amérique du Sud. Elles prennent plus de temps à gonfler que le tukmaria gonflent dans les secondes qui suivent lorsqu’on les met dans de l’eau. Je vous laisse découvrir la recette plus bas et également sur le blog de Soukeat où vous saurez où faire vos courses.

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

Brochettes de poulet Tandoori, riz indien express et raïta de concombre ! {#Soukeat}

Qui a dit qu’on ne pouvait pas cuisiner de bons plats traditionnels mais rapidement ? De quoi bluffer vos convives en un temps record !

Pour les choqués ou ceux qui se disent : « Mais quelle hérésie de ne pas laisser mariner le poulet tandoori une nuit ou encore mais le riz au micro-ondes, ce n’est pas possible ! » Je vous dirai que les gens qui ont goûté à mes plats pourront vous confirmer qu’on ne devinerait jamais comment ces derniers ont été faits.

Comment ai-je développer ces recettes et cette façon de faire ? Quand on travaille et que l’on passe 4 heures tous les jours dans les transports en commun ou encore que l’on a des enfants en bas âge et que l’on veut quand même bien manger….la question finit par se poser ! Vais-je au McDo ? Ou je suis prêt à cuisiner mais avec des méthodes plus rapides pour gagner du temps. J’ai opté pour la deuxième solution.

Le poulet tandoori est consommé à l’île Maurice, on le fait au four mais aussi à la casserole. Traditionnellement, le tandoori est cuit dans un tandoor, un pot en terre cuite dans le lequel on embroche des cuisses de poulet et qu’on fait cuire sur des braises au fond et pareil pour les naans qui sont collés contre la paroi intérieure. Ici bien sûr, j’ai opté pour le four. Soukeat a écrit un article complémentaire sur leur blog alors allez le voir !

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

Samoussas cari « pom de ter », une farce au curry masala de pommes de terre {#Soukeat}

Une version végétarienne des Samoussas appréciée à l’île Maurice mais également en Inde !

Les Samoussas ou encore samosas et d’ailleurs d’après quelques recherches, voici ce que nous dit notre ami Wikipédia à ce sujet : Le terme « samoussa » provient du perse سنبوساگ, sanbosag.

Le samoussa possède des appellations diverses, mais similaires, suivant les lieux et les langues, parmi lesquelles samosa (समोसा) en hindi, singara (سمبوسه) en persan, sing-ra (সিঙাড়া) en assamais, shingada (ષ્હિઙદ‌) en oriya, smosa (ਸਮੋਸਾ) en panjābī, sumosa(સુમૉસ‌) en gujarati, samosa (ಸಮೋಸಾ) en kannada, sambusak (سموسه) en ourdou, sambūsak (سمبوسك) en arabe, samsa en kazakh (самса) et kirghize(самса), somsa en ouzbek, samsa (سامسا) en ouïghour, samsa böreği en turc, sambusa parmi les Arabes, les Éthiopiens, les Somalis (sambuusa en somali) et les Tadjiks (самбӯса en tadjik), sanbusé parmi les Iraniens (سنبوسه), samuza (စမူဆာ) en birman, 三角, sānjiǎo en chinois ou chamuça en portugais, samoesa en afrikaans et sambôsy en malgache.

Cependant, à l’île Maurice, on utilise bien le mot Samoussa. Les farces de base sont le curry de pommes de terre, le curry de thon ou encore poulet ou viande et les Samoussas au fromage. D’ailleurs j’ai une recette sur le blog de ceux-ci. Les recettes ne sont jamais les mêmes mais toutes très bonnes ! A l’île Maurice, la pâte à samoussa est souvent faite maison. J’ai vu une recette mais pour être honnête avec vous, je ne m’y suis pas encore attelée car c’est assez laborieux. Autrement, je vous laisse découvrir cette recette plus bas où encore d’aller sur le blog de Soukeat qui m’a fait venir il y a peu afin de montrer en atelier comment réaliser des Samoussas et ceci au four.

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

Fraisier à ma façon avec des notes de Pitaya et framboises sans compter une bonne crème à la vanille de Madagascar !

Un gâteau pas si compliqué à faire pour les un an de mon Benjamin !

Le fraisier est un gâteau qui a l’air compliqué à faire mais en réalité pas du tout. C’est plutôt le temps de préparation qui pourrait rebuter. Avant d’avoir le coup de main , j’ai testé pas mal de recettes, je me suis trompée aussi plusieurs fois dans les étapes etc. Mais aujourd’hui, je peux dire que j’ai dompté sa recette ! En réalité, j’ai un peu piqué des astuces partout avant d’arriver à ce résultat.

C’est grâce à ma sœur que je me suis lancée car elle m’a vite fait expliqué comment faire et je me suis dit que ce n’était pas non plus la mer à boire. Puis c’est au fil du temps que je me suis améliorée en suivant des conseils donnés dans des émissions tels que Le Meilleur Pâtissier où Mercotte avait donné des tuyaux pour bien réussir un fraisier, grâce au blog La Cuisine de Bernard et enfin celui qui a vraiment, comme on dit, mis la cerise sur le gâteau était Jonathan Blot dans Le gâteau de mes rêves sur TVA.

Alors bien sûr il y a vraiment plusieurs écoles différentes, le miroir ou la pâte d’amande comme finition, la génoise visible ou celle enfermée dans la crème mousseline, la crème bien sûr soit montée au beurre soit avec une Chantilly…et j’en passe ! Chez moi, personne n’aime la pâte d’amande sauf moi alors j’ai fait un compromis, j’ai fait quelques fraises en déco en pâte d’amande. Avant de commencer cette recette, je vous conseille de bien la lire et de bien tout préparer car sinon vous risquez d’y passer beaucoup beaucoup de temps. Si vous avez besoin de plus de détails, n’hésitez surtout pas à me contacter ! Je suis navrée car je n’ai pas bien soigné certains aspects de mon fraisier mais en même temps je l’ai fait en 2h après une longue journée de travail ! Le speed quoi ! La recette est plus bas, merci pour vos retours !

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Salon Terroirs & Chocolat à Évreux : retour sur les battles culinaires lancées par moi !

Une épreuve « Top Chef » au niveau local, de belles rencontres et des créations culinaires au top !

L’atelier de Kristel a eu l’opportunité d’être partenaire de l’évènement Salon Terroirs & Chocolat à Évreux le 30 & 31 mars derniers en proposant une animation inédite, celle de la battle culinaire !

En quoi consistait ce concept et comment ai-je décidé de lancer cela ? Suite à la demande d’Alain Pavard, faisant partie du Lion’s Club et des membres organisateurs, c’est ainsi que j’ai rejoint l’aventure #STCEVREUX ! Nous avons réfléchi à une animation qui pouvait être innovante, jamais vue encore dans le coin et surtout qui pourrait ramener du monde !

Malheuseusement la météo n’a pas été en notre faveur, surtout le premier jour du salon, il faisait beaucoup trop beau et les gens étaient de sortie. Les terrasses d’Évreux étaient apparemment blindées et beaucoup ne voulaient pas s’enfermer. Logique, en même temps ! Cependant, le dimanche nous a été beaucoup plus favorable et l’animation « battle » a vraiment plu aux locaux.

Un casting a été mis en place afin de recruter des candidats passionnés de cuisine, 3 pour le samedi et 3 pour le dimanche sur une épreuve d’une heure et demie ! Découvrez plus bas les photos prises lors du salon par moi-même et d’autres. Je préciserai les noms au fil de l’article !

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

« Gato pistasse » : Nougatine aux cacahuètes et au sésame, une sucrerie sino-mauricienne très facile à faire !

Des gourmandises qui ont un goût de « reviens-y »!

Je n’ai pas vraiment beaucoup à dire sur cette sucrerie à part qu’elle me rappelle encore beaucoup de souvenirs d’enfance !

Aux Antilles, il me semble qu’il existe la même version mais sans graines de sésame, ça s’appelle les Siks à la pistache. Ici on peut dire soit « Gato pistasse » ou « Gâteau pistache ». A l’île Maurice et même aux Antilles, la pistache c’est la cacahuète et la pistache chez nous, on dira plutôt « pistachio ».

On peut trouver ce genre de nougatine dans pas mal de pays finalement ! D’ailleurs n’hésitez à laisser un commentaire si vous avez des infos complémentaires ! Déjà en Chine, on trouve une variante mais plus molle et par contre on trouve la nougatine qu’avec des graines de sésame, c’est sûr !

A l’île Maurice, je les achetais souvent dans des boutiques ou tout simplement chez London à Vacoas ! Je me souviens que j’en acheté plein er que je les gardais dans mon sac d’école. C’était la bonne époque ! Je vous laisse découvrir la recette plus bas en espérant que cela vous plaise ! Merci d’avance pour vos retours.

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

Bol Renversé ou « Déviré » pour certains : une spécialité sino-mauricienne très goûteuse et complète !

Le Chop Suey mis à l’honneur dans le Bol Renservé (connu à Madagascar et à la Réunion aussi) !

Hello les gourmets, il faut savoir qu’à l’île Maurice, le bol renversé c’est sacré ! D’après mes sources, il semblerait que le Chop Suey qui compose se plat ferait partie des spécialités que l’on mange lors du Nouvel An Chinois tout comme la soupe d’ailerons de requin ou encore le canard laqué (sizzling Pekin Duck).

Au final le Bol renversé ou « Déviré »(terme très peu utilisé mais utilisé quand même) est composé d’une base d’oeuf au plat, de chop suey de poulet, légumes et crevettes et d’un socle de riz pour maintenir le tout. C’est assez étonnant d’ailleurs et surprenant pour des convives qui n’ont pas l’habitude de nous voir servir ce plat. 

En France ou dans d’autres pays dans certains restaurants protocolaires, on sert certains plats recouverts d’une cloche, ici cela donne cette même impression car l’invité doit soulever son bol afin de découvrir de quoi il retourne (beau jeu de mots sans même faire exprès) !

Le Bol renversé peut se faire avec du bœuf à ce qui me semble ou même du porc, avec des légumes différents. Du même concept on trouvera le Mine renversé (avec des nouilles) mais qui demeure plus rare tout de même ! Normalement concernant l’oeuf du bol renversé, le jaune est vers l’intérieur mais pour la photo, j’ai changé le sens car je trouvais cela plus joli et esthétiquement plus parlant.

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

« Gato banane » : les beignets de banane mauriciens !

Une bonne alternative pour utiliser les bananes en fin de vie et surtout pour se régaler !

Hello la compagnie ! Aujourd’hui c’est Mardi gras ! Mais qu’est-ce en réalité ? Eh bien dans le jargon chrétien (catholique) et selon Wikipédia :  » Mardi gras est une période festive qui marque la fin de la « semaine des sept jours gras » (autrefois appelés jours charnels). Le Mardi Gras est suivi par le Mercredi des Cendres et le Carême où les chrétiens sont invités à « manger maigre » en s’abstenant de viande2. Elle se situe donc juste avant la période de jeûne, c’est-à-dire -selon l’expression ancienne- avant le «carême-entrant» ou le «carême-prenant». Les «Sept jours gras» se terminent en apothéose par le «mardi gras» et sont l’occasion d’un défoulement collectif. L’esprit de jeûne et d’abstinence qui s’annonce est momentanément mis entre parenthèses avec le carnaval3. « 

Après cette brève explication, passons aux choses sérieuses car oui manger, c’est très sérieux et on ne badine pas avec cela. J’ai pensé aux beignets de banane plus couramment appelés « Gato ou Gâteaux banane » chez moi à l’île Maurice, car cela changer des crêpes que l’on a déjà eu l’occasion de manger pour la Chandeleur et des beignets français que l’on peut manger lors de fêtes foraines par exemple.

Cette idée m’est principalement venue car j’avais des bananes très mûres, que dis-je, une banane particulièrement mûre et je l’ai utilisée pour faire une pâte à beignet express pour mon petit plaisir personnel. Car oui, ma mère me faisait de temps à autre ces fameux « Gato banane » pour le goûter lorsqu’elle avait des bananes en fin de vie. De plus, cette façon de faire était aussi un moyen de ne pas gaspiller et d’utiliser ce qui semblerait inutilisable pour beaucoup. Alors je vous retrouve plus bas pour ma simple recette (faite à ma façon bien à moi) !

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !