Browsing Tag

sans lactose

Carry Masala de poulet avec des pommes : Une belle recette colorée de l’île Maurice !

La recette de base à manger lorsque l’on va à l’île Maurice !

Le curry de poulet est l’un des plats les plus appréciés par les Mauriciens et c’est aussi l’un des plus faciles à préparer. En effet, c’est un plat très populaire dans le pays, il est servi avec des pommes de terre fondantes, on le retrouve sur beaucoup de tables notamment lors des repas en famille ou lors de certaines fêtes religieuses notamment avec de la viande.

J’ai concocté cette recette suite à la demande de Christophe afin que ses clients puissent se référer à celle-ci lors de l’achat de Masala. Le Masala, c’est vraiment la base de la cuisine mauricienne, c’est un mélange d’épices que l’on pourrait également appeler « Curry ». En créole mauricien, on appelle le plat ci-dessous « Carry » ou « Carry Masala », attention ce n’est pas la même chose qu’à la réunion car le « Cari réunionnais » serait plus une rougaille mauricienne et l’équivalence pour cette spécialité serait le Poulet Massalé là-bas.

Ce plat peut être fait avec ou sans petits pois mais moi je trouve que c’est vraiment exquis avec ! De plus ça donne de la couleur et s’il vous arrive de faire des petits pois en accompagnements parfois et qu’il vous en reste, vous pouvez les recycler en les intégrant dans un bon Carry Masala de poulet (en créole dit Carry Poulet). On mange ce plat en sauce avec du riz blanc ou des Rôtis/Faratas qui sont des espèces de galettes servies en guise en pain. la recette viendra bientôt ! Je vous laisse découvrir la suite plus bas. Belle journée !

Lire la suite

Zananas ek cocome confit : Ananas et concombre en pickles au sel, piment et tamarin !

Un dessert ou encore « goûter » typique de l’île maurice !

Quoi de mieux qu’un bon ananas sucré et juteux pour se rafraîchir ? À Maurice, l’ananas est un fruit très commun que l’on mange de différentes façons. Mais quoi de mieux que de l’accompagner de sel et de piment ? Car oui, chez nous le mélange sucré-salé, voire sucré-épicé, fait partie des bases de la cuisine mauricienne. Vous avez d’ailleurs pu le remarquer avec les achards ou encore les satinis.

Le zananas confit est un délicieux dessert ou goûter que l’on déguste souvent sous forme de « cornet » ou encore dans des sachets en plastique que l’on achète à des marchands ambulants sur la plage. Il existe d’autres fruits préparés de cette manière comme par exemple la mangue verte, le jamalac, les bilimbis etc. Ce sont de délicieux souvenirs qui me rappellent les journées que je passais à la plage en dégustant ces sucreries en famille.

Il faut savoir qu’il existe une « technique » qui consiste à découper l’ananas “dans la manière”, comme disent les Mauriciens. Le résultat de cette découpe est très esthétique et c’est également ce qui fait le charme de ce dessert. J’ai pu découvrir que cette technique est très utilisée en Asie, elle permet de conserver un maximum de chair et d’éviter les gaspillages. Je vous laisse découvrir cette délicieuse recette plus bas !

Lire la suite

Oundè vegan : Perles indo-mauriciennes revisitées à la farine de riz rouge grillée à l’huile de coco, cardamome, noix de cajou et cranberries

Une sucrerie typique de l’île Maurice ré-adaptée pour les vegans et les intolérants au gluten et lactose !

Le mot « Oundè » en tamoul signifie tout simplement « boulettes » et ici ce sont finalement des petites boules de farine de riz grillé parfumées à la cardamome et enrobées de noix de coco.

Cette recette est de souche indienne, mais nous, les Mauriciens, nous nous la sommes bien appropriée ! Ma recette est très simple à réaliser et a été pensée pour pouvoir décliner la recette traditionnelle qui existe déjà sur le blog mais de façon rapide ! De plus, tous les produits que j’ai utilisés sont adaptés pour les vegans !

Ici, pendant le confinement, j’ai fait ces petits gâteaux avec ce que j’avais sous la main et en pensant aussi aux personnes qui ont une alimentation différente de la mienne qui sont les vegans. J’avais acheté de la farine de riz rouge grillée à Gare du Nord et je n’avais jamais eu l’occasion de l’utiliser alors là c’était l’occasion. Je vous laisse découvrir ma revisite plus bas !

Lire la suite

« Gato Pima Lenti Rouz »: falafels de lentilles corail aux herbes et épices sans gluten : un classique de l’île Maurice revisité pendant le confinement :

Quand tu n’as pas de dhalls et que tu as la dalle de Gato pima !

Les Gato Pima, qu’est-ce que j’ai pu vous bassiner avec ! N’est-ce pas ? Mais en même temps, c’est tellement bon ! Pour cette recette, je ne vais pas tout vous ré-expliquer sur le contexte culturel. Je vous inviterai juste à aller voir mon autre article sur le sujet. Néanmoins, le Gato pima reste l’un des mets les plus emblématiques de l’île Maurice et auquel beaucoup de Mauriciens sont attachés ! Nous avons beaucoup d’histoires autour de celui-ci, nous avons chacun nos adresses de marchands, recettes de famille, des habitudes comme les consommer dans du pain maison ou de la baguette avec du beurre et même du fromage kraft ! Quand ils nous restent le lendemain, nous faisons de la salade Gato pima ou alors du Rougaille ou même du Cari Bari !

Je reviens aux pois utilisés ici. Étant partie en vacances en Bretagne, dans un bled un peu perdu, il est vrai que trouver des dhalls était devenu plus rare que l’or ! Je voulais à tout prix faire découvrir cette recette à des amis puis j’ai réfléchi et dans ma recette initiale, j’avais déjà précisé que l’on pouvait utiliser pas mal de légumineuses pour remplacer les dhalls. J’ai donc utilisé des lentilles corail qui sont plus simple à trouver que les pois cassés jaunes.

La petite piqûre de rappel a été Sophie, une Mauricienne mariée à un Serbe qui devait faire un atelier/séminaire sur la cuisine mauricienne accès street-food. Elle a fait un tour sur mon blog et a décidé d’opté pour les lentilles corail comme je l’avais mentionné dans mon article. Elle a donc fait des gato pima lenti rouz aux Serbes qui ont beaucoup aimé cette recette. Sophie, elle-même, a validé l’emploi de ces légumineuses.

Lorsque l’on vit en campagne et qu’on ne trouve ni de dhalls (pois cassés jaunes) ni de gros pois (pois de cap), il est alors très utile de savoir qu’il nous reste la solution dès lenti rouz (lentilles corail). Je vous laisse découvrir ma recette plus bas !

Lire la suite

Haleem revisité au reste de poulet rôti, aux légumineuses et quinoa (Version sans gluten)

Une soupe pleine de saveurs et anti-gaspillage !

Le Haleem ou Halim est une soupe d’origine orientale, épicée à base de viande (généralement de l’agneau) consommée dans les snacks à l’île Maurice, on peut donc y manger sur le pouce à tout moment de la journée. En général, ce n’est pas un plat qui se cuisine à la maison, même si de plus en plus les gens s’y mettent. A l’époque où je vivais à l’île Maurice, c’était vraiment un plat rare et il fallait sortir pour le manger. Cependant, depuis plusieurs années, la préparation du haleem maison s’est démocratisée et nous pouvons trouver des recettes de halim plus différentes les unes que les autres.

Cette soupe est principalement consommée en Inde et à l’île Maurice. Mais bien entendu, chacun a sa méthode. Certains la préfèrent épaisse, d’autres plus liquide. Mais le principe reste le même. On peut en trouver avec des légumes, du soja, du boeuf, du cerf, de l’agneau et du poulet comme ici. Pour les céréales qui s’y trouvent, à l’île Maurice, on met de l’avoine et même du blé, ici en France, j’adapte selon ce que je trouve. Je vous laisse découvrir ma recette plus bas.

Lire la suite

Crêpes salées mauriciennes {sans œufs – sans lait} accompagnées d’un satini cotomili « Chutney de coriandre » et d’un bon rougaille pistache !

Une recette spéciale ultra simple confinement idéale pour tout type d’alimentation !

Nous les Mauriciens, nous sommes des épicuriens et aimons les bonnes choses. Cependant, nous savons aussi dire stop aux calories, nous mangeons beaucoup de légumes et surtout pouvons facilement nous passer de viande ou autres produits d’origine animale. Ce cas s’applique plus pour les Indo-mauriciens (ceux dont les ancêtres étaient Indiens hindous) car ils ont l’habitude de faire des carêmes également pour certains Chinois qui sont bouddhistes. Cette démarche est une preuve qu’ils peuvent résister à la chaire et surtout une preuve de foi.

Ainsi les crêpes salées végétaliennes font partie de mon enfance et me rappellent cruellement mon pays. Enfant, déjà j’en raffolais ! C’était même un luxe pour moi d’en manger, comme quoi si vous habituez vos enfants à manger de la sorte dès leur plus jeune âge, la viande ne sera plus une nécessité pour éprouver du plaisir en mangeant. Les crêpes salées, c’est aussi la spécialité que les Mauriciens font en période de cyclones et apparemment beaucoup pendant le confinement !

Le « Satini cotomili » en créole est très consommé dans la cuisine mauricienne, elle accompagne très bien toute sorte de beignets salés par exemple. Sa recette vous servira ainsi pour d’autres recettes que je publierai au fur et à mesure. Je vous laisse découvrir ma recette de crêpes salées plus bas ainsi que celle du chutney de coriandre. La recette du rougaille pistache sera dans l’article suivant ! Ces recettes sont parfaites pour les végétaliens (vegans).

Lire la suite

« Gato pima » ou « Gâteaux piment »: Falafels à base de pois cassés jaunes, un classique de la street-food à l’île Maurice !

Les Mauriciens aiment quand ça croustille ! Une recette sans-gluten qui vaut le détour !

Nous allons voir comment confectionner les fameux Gato pima, Gâteaux piment ou Bonbons piment pour les Réunionnais. Pour cette recette, il y a plusieurs versions mais voilà je vous donne la mienne qui est un mix de toutes celles qui me plaisent, chaque Mauricien à sa façon bien à lui de réaliser cette spécialité et au final je dirai que chacune est bonne a sa manière ! Les pois cassés jaunes sont les pois utilisés pour ces derniers et d’ailleurs les Grecs les utilisent aussi et l’appelle Fava de Santorin.

Les Gâteaux piment font partie de la culture street food mauricienne, c’est comme on dit en créole un « gajdak » (apéro ou tapas à la Mauricienne), on peut aussi le manger à toute heure car oui les Mauriciens aiment bien grignoter, le snacking en général et peuvent même manger un quatre-heure ou un petit-déjeuner salé, pas de tabou chez nous ! 

C’est très commun lorsque l’on invite des gens de faire ça pour l’apéro, on le mange également dans du pain (de la bonne baguette fraîche) avec du beurre en guise de casse-croûte et même avec du fromage Kraft, le cheddar apprécié localement avec une bonne tasse de thé mauricien au lait ! Autrement, on peut les cuisiner en sauce soit en rougaille ou pour faire un curry masala (dit curry burry/cari bari) ou encore un satini gato pima (chutney de gâteaux piment). Une bonne façon de les accommoder lorsqu’il en reste car ils deviennent mous et moins bons de ce fait !

On les trouve souvent dans les rues ou bazars (marchés) vendus par ce que l’on appelle des « marchands gato », gâteaux à l’île Maurice ne signifient pas seulement des douceurs sucrées mais également des beignets salés ou sucrés ou autres amuse-gueules frits.

Les Gato pima se sont les cousins des Masala Vada, une spécialité du sud de l’Inde. Ils s’apparentent également aux falafels juifs ! 

Je fais une petite dédicace à Hugo Jacquemond qui était au collège avec moi qui m’avait, il y a longtemps, demandé la recette de ces gâteaux, c’est lui qui m’a poussé à publier cette recette initialement. 

Je vous laisse découvrir ma recette plus bas et n’oubliez pas de me faire un commentaire pour me dire que vous l’avez testée !

Lire la suite