Fraisier à ma façon avec des notes de Pitaya et framboises sans compter une bonne crème à la vanille de Madagascar !

Un gâteau pas si compliqué à faire pour les un an de mon Benjamin !

Le fraisier est un gâteau qui a l’air compliqué à faire mais en réalité pas du tout. C’est plutôt le temps de préparation qui pourrait rebuter. Avant d’avoir le coup de main , j’ai testé pas mal de recettes, je me suis trompée aussi plusieurs fois dans les étapes etc. Mais aujourd’hui, je peux dire que j’ai dompté sa recette ! En réalité, j’ai un peu piqué des astuces partout avant d’arriver à ce résultat.

C’est grâce à ma sœur que je me suis lancée car elle m’a vite fait expliqué comment faire et je me suis dit que ce n’était pas non plus la mer à boire. Puis c’est au fil du temps que je me suis améliorée en suivant des conseils donnés dans des émissions tels que Le Meilleur Pâtissier où Mercotte avait donné des tuyaux pour bien réussir un fraisier, grâce au blog La Cuisine de Bernard et enfin celui qui a vraiment, comme on dit, mis la cerise sur le gâteau était Jonathan Blot dans Le gâteau de mes rêves sur TVA.

Alors bien sûr il y a vraiment plusieurs écoles différentes, le miroir ou la pâte d’amande comme finition, la génoise visible ou celle enfermée dans la crème mousseline, la crème bien sûr soit montée au beurre soit avec une Chantilly…et j’en passe ! Chez moi, personne n’aime la pâte d’amande sauf moi alors j’ai fait un compromis, j’ai fait quelques fraises en déco en pâte d’amande. Avant de commencer cette recette, je vous conseille de bien la lire et de bien tout préparer car sinon vous risquez d’y passer beaucoup beaucoup de temps. Si vous avez besoin de plus de détails, n’hésitez surtout pas à me contacter ! Je suis navrée car je n’ai pas bien soigné certains aspects de mon fraisier mais en même temps je l’ai fait en 2h après une longue journée de travail ! Le speed quoi ! La recette est plus bas, merci pour vos retours !

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Salon Terroirs & Chocolat à Évreux : retour sur les battles culinaires lancées par moi !

Une épreuve “Top Chef” au niveau local, de belles rencontres et des créations culinaires au top !

L’atelier de Kristel a eu l’opportunité d’être partenaire de l’évènement Salon Terroirs & Chocolat à Évreux le 30 & 31 mars derniers en proposant une animation inédite, celle de la battle culinaire !

En quoi consistait ce concept et comment ai-je décidé de lancer cela ? Suite à la demande d’Alain Pavard, faisant partie du Lion’s Club et des membres organisateurs, c’est ainsi que j’ai rejoint l’aventure #STCEVREUX ! Nous avons réfléchi à une animation qui pouvait être innovante, jamais vue encore dans le coin et surtout qui pourrait ramener du monde !

Malheuseusement la météo n’a pas été en notre faveur, surtout le premier jour du salon, il faisait beaucoup trop beau et les gens étaient de sortie. Les terrasses d’Évreux étaient apparemment blindées et beaucoup ne voulaient pas s’enfermer. Logique, en même temps ! Cependant, le dimanche nous a été beaucoup plus favorable et l’animation “battle” a vraiment plu aux locaux.

Un casting a été mis en place afin de recruter des candidats passionnés de cuisine, 3 pour le samedi et 3 pour le dimanche sur une épreuve d’une heure et demie ! Découvrez plus bas les photos prises lors du salon par moi-même et d’autres. Je préciserai les noms au fil de l’article !

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

“Gato pistasse” : Nougatine aux cacahuètes et au sésame, une sucrerie sino-mauricienne très facile à faire !

Des gourmandises qui ont un goût de “reviens-y”!

Je n’ai pas vraiment beaucoup à dire sur cette sucrerie à part qu’elle me rappelle encore beaucoup de souvenirs d’enfance !

Aux Antilles, il me semble qu’il existe la même version mais sans graines de sésame, ça s’appelle les Siks à la pistache. Ici on peut dire soit “Gato pistasse” ou “Gâteau pistache”. A l’île Maurice et même aux Antilles, la pistache c’est la cacahuète et la pistache chez nous, on dira plutôt “pistachio”.

On peut trouver ce genre de nougatine dans pas mal de pays finalement ! D’ailleurs n’hésitez à laisser un commentaire si vous avez des infos complémentaires ! Déjà en Chine, on trouve une variante mais plus molle et par contre on trouve la nougatine qu’avec des graines de sésame, c’est sûr !

A l’île Maurice, je les achetais souvent dans des boutiques ou tout simplement chez London à Vacoas ! Je me souviens que j’en acheté plein er que je les gardais dans mon sac d’école. C’était la bonne époque ! Je vous laisse découvrir la recette plus bas en espérant que cela vous plaise ! Merci d’avance pour vos retours.

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

Bol Renversé ou “Déviré” pour certains : une spécialité sino-mauricienne très goûteuse et complète !

Le Chop Suey mis à l’honneur dans le Bol Renservé (connu à Madagascar et à la Réunion aussi) !

Hello les gourmets, il faut savoir qu’à l’île Maurice, le bol renversé c’est sacré ! D’après mes sources, il semblerait que le Chop Suey qui compose se plat ferait partie des spécialités que l’on mange lors du Nouvel An Chinois tout comme la soupe d’ailerons de requin ou encore le canard laqué (sizzling Pekin Duck).

Au final le Bol renversé ou “Déviré”(terme très peu utilisé mais utilisé quand même) est composé d’une base d’oeuf au plat, de chop suey de poulet, légumes et crevettes et d’un socle de riz pour maintenir le tout. C’est assez étonnant d’ailleurs et surprenant pour des convives qui n’ont pas l’habitude de nous voir servir ce plat. 

En France ou dans d’autres pays dans certains restaurants protocolaires, on sert certains plats recouverts d’une cloche, ici cela donne cette même impression car l’invité doit soulever son bol afin de découvrir de quoi il retourne (beau jeu de mots sans même faire exprès) !

Le Bol renversé peut se faire avec du bœuf à ce qui me semble ou même du porc, avec des légumes différents. Du même concept on trouvera le Mine renversé (avec des nouilles) mais qui demeure plus rare tout de même ! Normalement concernant l’oeuf du bol renversé, le jaune est vers l’intérieur mais pour la photo, j’ai changé le sens car je trouvais cela plus joli et esthétiquement plus parlant.

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

“Gato banane” : les beignets de banane mauriciens !

Une bonne alternative pour utiliser les bananes en fin de vie et surtout pour se régaler !

Hello la compagnie ! Aujourd’hui c’est Mardi gras ! Mais qu’est-ce en réalité ? Eh bien dans le jargon chrétien (catholique) et selon Wikipédia : Mardi gras est une période festive qui marque la fin de la « semaine des sept jours gras » (autrefois appelés jours charnels). Le Mardi Gras est suivi par le Mercredi des Cendres et le Carême où les chrétiens sont invités à “manger maigre” en s’abstenant de viande2. Elle se situe donc juste avant la période de jeûne, c’est-à-dire -selon l’expression ancienne- avant le «carême-entrant» ou le «carême-prenant». Les «Sept jours gras» se terminent en apothéose par le «mardi gras» et sont l’occasion d’un défoulement collectif. L’esprit de jeûne et d’abstinence qui s’annonce est momentanément mis entre parenthèses avec le carnaval3. “

Après cette brève explication, passons aux choses sérieuses car oui manger, c’est très sérieux et on ne badine pas avec cela. J’ai pensé aux beignets de banane plus couramment appelés “Gato ou Gâteaux banane” chez moi à l’île Maurice, car cela changer des crêpes que l’on a déjà eu l’occasion de manger pour la Chandeleur et des beignets français que l’on peut manger lors de fêtes foraines par exemple.

Cette idée m’est principalement venue car j’avais des bananes très mûres, que dis-je, une banane particulièrement mûre et je l’ai utilisée pour faire une pâte à beignet express pour mon petit plaisir personnel. Car oui, ma mère me faisait de temps à autre ces fameux “Gato banane” pour le goûter lorsqu’elle avait des bananes en fin de vie. De plus, cette façon de faire était aussi un moyen de ne pas gaspiller et d’utiliser ce qui semblerait inutilisable pour beaucoup. Alors je vous retrouve plus bas pour ma simple recette (faite à ma façon bien à moi) !

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

Soupe de poulet & maïs : une spécialité que l’on mange au restaurant à l’île Maurice !

Une soupe sino-mauricienne ultra originale, bonne et surtout très light !

Hello les chouchous, voici une recette plutôt light et qui serait encore pas mal car il ne fait pas toujours chaud ! Un coup chaud, un coup froid mais où va-t-on ? Le printemps s’annonce bien ! À l’île Maurice, comme dans beaucoup de pays chauds, vous seriez étonnés à quel point nous sommes fans de soupes ou de bouillons !

La soupe de poulet & maïs est une spécialité que l’on va retrouver dans les restaurants chinois à l’île Maurice. Encore une fois, chez nous la plupart des restaurants sont Hakka (ethnie chinoise) mais cela n’a rien à voir avec la cuisine “asiatique” que l’on peut trouver en France qui est assez “j’y fous tout”. Ici, c’est vraiment le goût du traditionnel que l’on retrouve, cette cuisine a su se préserver également en Malaisie et à Hong Kong. C’est au restaurant Le Pékinois que j’allais la manger à Rose-Hill mais qui malheureusement s’est transformé en steakhouse à ce que j’ai entendu !

Ici vous aurez ma recette à moi, celle que j’ai réalisée selon mon discernement et ma mémoire du goût. Cette recette est originale car ici en France, le maïs est dégusté froid tandis que chez nous, nous avons plusieurs façon de le cuisiner de part le brassage de cultures. Elle régalera également les papilles de vos convives et enfants car le goût du maïs y est assez intéressant.

Cette soupe se mange généralement en entrée et vous pouvez la compléter en réalisant un bon riz frit, un mine frit ou un bon  bol renversé qui sont des spécialités sino-mauriciennes que j’ai déjà partagées sur mon blog !

Lire la suite





Rendez-vous sur Hellocoton !

“Galettes Manioc”, crêpes sans gluten mauriciennes garnies de sucre et de noix de coco râpée pour la Chandeleur !

Une recette sous les conseils de ma maman ! Apparemment un classique street-food à Curepipe !

Hello les gourmands ! Eh oui, voici encore une occasion de plus pour manger ! C’est incroyable comment tout est fait dans ce monde et tout particulièrement en France pour que l’on mange en permanence ! Je me répète mais après les fêtes de fin d’année, c’était l’Épiphanie, puis là la Chandeleur, arrivera ensuite Mardi Gras, Pâques…enfin tout pour entretenir ma ligne (courbe).

Pour parler de la Chandeleur, je voulais quand même proposer et plus est originale. Le principe des galettes manioc est qu’elles sont assez consistantes. Je m’explique mieux, si vous en mangez une, vous êtes déjà calés contrairement aux crêpes françaises que l’on peut manger à l’infini. C’est donc très bien pour la ligne car cela nous pousse à en manger moins.

De plus, si vous êtes intolérants au gluten, cette initiative est très bien. Par contre, il faut faire des choix et là je ne sais pas si cela serait une bonne idée de remplacer le lait par un autre, j’ai peut que ce soit risqué et que les crêpes soient ratées . À tester !

Pour tout vous avouer, j’ai décidé de faire une recette mauricienne que je n’avais jamais mangée ! C’est ma mère qui m’a dit que l’on pouvait acheter dans la rue à l’île Maurice, ce que l’on appelle des “Galettes Manioc” et que c’était très bon. En réalité ce qui diffère de la farine de blé en plus de ce que je viens de vous raconter, c’est que le manioc est plus “élastique” et je trouve que c’est cette texture qui rend la crêpe plus copieuse. Ma mère a ajouté que l’on pouvait en acheter dans la rue à Curepipe à l’île Maurice ! La recette est très simple et très bonne. Je vous laisse la découvrir plus bas.

Photographie et recette réalisées pour le Centre Commercial de Saint Sever à Rouen à l’occasion des Rendez-vous gourmands !

Lire la suite





Rendez-vous sur Hellocoton !

Les Toffees Mauriciens : je ne vous parle pas de fudges ni de caramels mais bien de petits carrés fondants et friables de cacao !

Des souvenirs d’enfance ! Une douceur peu connue mais bien mauricienne !

Les toffees mauriciens sont des sucreries qui s’apparentent énormément aux doucelettes antillaises qui sont des carrés friables à la noix de coco. Ici, en revanche, c’est au chocolat ! Bien évidemment chaque Mauricien a sa recette ! Il n’y a pas beaucoup de monde qui le fait car déjà c’est connu de la communauté créole et blanche mauricienne. Pour ma part, je les ai connus car j’ai été dans une école française et ce sont les blancs Mauriciens qui me les ont fait connaître !

Du coup, j’avais l’habitude d’en manger soit quand j’allais à Prisunic à l’époque à Curepipe ou chez Ah Youn à Vacoas. Il arrivait également que j’en trouve également lorsque l’on organisait des kermesses en primaire. Cette sucrerie n’est pas au goût de tous car c’est très sucré, néanmoins en petite quantité, elle est appréciable car elle fond dans la bouche et est très chocolatée. Elle donne un petit goût de fouet au palet. Il faut mordre dedans et c’est dur mais ce n’est que le début d’une fondante aventure. Je vous laisse découvrir la recette plus bas. Je fais une dédicace à Cécilia qui se reconnaîtra et qui cherchait la recette !

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

La soupe diri mama : Soupe rustique de riz,de légumes, de lentilles Beluga et de poulet de ma maman pour faire le plein de vitamines !

Une soupe goûteuse, économique et surtout très automnale  : une bonne façon de ne pas perdre une carcasse de poulet ou des bas morceaux !

Cette recette est très simple et sans aucune prétention. C’est vraiment la bonne soupe de la maman mauricienne. Autant vous dire que si vous la cherchez dans un hôtel ou dans un restaurant mauricien que vous ne la retrouverez pas. Elle est idéale lorsqu’il vous reste des légumes sous la main , une carcasse d’un poulet désossé ou encore un reste de poulet rôti avec de l’os. Même quand j’ai un peu de riz cuit sous la main, j’aime en faire de la soupe ! Chez nous elle est réputé pour être riche en vitamines ! C’est la soupe que l’on nous donne grandir en tant qu’enfant !

J’essaye de lutter contre le gaspillage à travers ma créativité car, oui, il faut avoir de la suite dans les idées pour savoir comment accommoder ses restes. Pas toujours facile de se débrouiller seul surtout quand on n’a jamais eu d’exemple à la maison, moi par exemple, heureusement que j’ai vu faire ma mère, sinon j’aurais été offusquée comme la nouvelle génération qui n’aime pas grand chose…ou du moins très difficile.

Mais les gens, réveillez-vous car dans les plats préparés etc. il y a dix milles fois de choses, mille plus immangeables mais c’est juste que vous ne voyez pas les composants en vrai de ce que vous consommez. Les sauces tomates aromatisées toutes prêtes par exemple sont faites la plupart du temps à base de tomates qui sont tombées par terre même parfois avec des cafards qui ont fait leur nid dessus…bref je ne vais pas plus vous dégouter, c’est juste que si vous êtes choqués par ma fameuse soupe de poisson qui est faite à base de têtes de poisson, eh bien il ne faut pas ! Celle qui est vendue en supermarché est faite de la même façon mais avec du poisson souvent pas très frais, de plus, on vous la fait payer à un prix incroyable par rapport à ce que c’est.

Je ne vais pas m’embarquer dans des débats mais je préfère défendre ma recette et vous assurer que si vous aimez le goût du vrai, eh bien c’est là que ça se passe. Ce n’est pas cher, c’est bon et surtout, vous aurez bonne conscience de n’avoir rien jeté.

Cette recette est typique de l’île Maurice, ce n’est aujourd’hui une spécialité que vous trouverez dans les restaurants comme je l’ai dit plus haut mais c’est plutôt une soupe familiale que l’habitant prépare à partir de ce qu’il a. Le riz est l’un des aliments de base, comme dans la plupart des pays d’Asie, il est mis à l’honneur dedans. Sinon, normalement on peut mettre dans cette soupe du chouchou/chayotte (légume exotique), du giraumon (ou ici potimarron ou courges)…C’est une soupe qui se suffit à elle-même car il y a tout dedans, du poulet, des féculents, des fibres etc. Je vous laisse découvrir la recette plus bas !

Lire la suite





Rendez-vous sur Hellocoton !

Poudine dipin : Pudding de pain mauricien avec des raisins au rhum et de la noix de coco !

Une délicieuse façon de donner une seconde vie au pain rassis ! Recette chaleureuse idéale pour les fêtes !

Bonjour bonjour,

Je vous propose ci-dessous une recette qui me vient de ma maman mais avec ma touche personnelle. Je n’aime pas gaspiller et il fut un temps où j’étais étudiante et où je devais faire attention à mes dépenses (enfin plus que maintenant). Cette recette de pudding de pain est très facile et se fait un peu au pif (vous me direz, un peu comme tout ce que je fais d’ailleurs).

Souvent on achète du pain et soit on finit tout d’un coup ou soit on attend et il est rassis. Dans ces cas-là, rien n’est perdu, il y a toujours quelque chose à faire avec pour ne pas le jeter. Ce pudding est l’héritage britannique dont nous avons hérité lorsque nous avons été colonisés à l’époque. Il peut se faire de plusieurs façons et suivant les gens qui le font, il est toujours différent. Pour ma part, je n’aime pas les puddings qui sont secs mais ceux qui sont fondants et avec le mien, je n’ai jamais eu de souci particulier à sa réalisation.

Ce pudding peut être manger au petit déjeuner mais est davantage dégusté à l’heure du thé avec un bon thé Bois Chéri. Je vous laisse découvrir ma recette plus moderne plus bas.

Lire la suite





Rendez-vous sur Hellocoton !