Rotis/faratas : sortes de galettes mauriciennes, un excellent accompagnement pour vos caris ou rougailles !

Les Rotis ou Faratas, ce qui nous permet de saucer encore et toujours plus !

Je tenais à vous livrer la recette des Rotis qui est une sorte de galette mauricienne que l’on mange comme du pain ou même comme des sortes de fajitas ou tacos étant donné c’est davantage connu en France.

Pour ma part, cela fait partie d’une des choses que j’adore manger ! Un Roti tout simplement avec un peu de beurre demain lorsqu’il est encore chaud, c’est un véritable régal ! Surtout quand c’est à l’heure du thé. Comme vous l’avez remarqué à travers mes différentes anecdotes, les Mauriciens sont des gens très ouverts pouvant manger aussi bien du salé au petit-déjeuner qu’au goûter.

Je vous ai donné une recette qu’encore une fois, j’ai appris à faire toute seule et finalement je dirai que pour elle me convient aussi bien au niveau du goût qu’à la texture. Je dirai que la difficulté de celle-ci était d’arriver à faire des Rotis bien fondants, légèrement feuilletés, pas secs, qui se mangent facilement et pas “compacts”ni qui durcissent trop facilement.

Chose intéressante à savoir, vous pouvez congeler les Rotis et les sortir et réchauffer au besoin, étant des petites choses qui prennent un peu de temps à la confection, il est intéressant de savoir que l’on peut en faire beaucoup et les congeler. Cela pourra vous éviter de perdre trop de temps à chaque fois. Il suffira de les repasser un peu sur une poêle très chaude afin de les relancer.

Pour vous en apprendre un peu plus sur ces galettes, on peut les trouver dans la rue à l’île Maurice et elles sont vendues par ce que l’on appelle des “Marchands Rotis”, cela fait partie de notre culture street food ! Traditionnellement, lorsqu’on les fait chez soi, les Rotis sont de forme carré et dans la rue ou marché de forme ronde.

Je vous laisse découvrir ma recette plus bas accompagnée d’une vidéo qui vous aidera à façonner vos Rotis !

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

Gato vézétarien : un gâteau sans oeufs, recette de ma tante Vadee !

Un massepain végétarien très simple à faire qui me rappelle mon enfance !

Si vous le mot “massepain” a capté votre attention et que vous vous dite que ce n’est pas ça ? Eh bien, sachez qu’effectivement le massepain est connue ailleurs qu’à l’île Maurice pour être une pâte confectionnée à base d’amandes émondés, de blancs d’oeuf et de sucre comme la pâte d’amande d’ailleurs. Ici ce n’est point le cas, le massepain est un gâteau mauricien qui s’apparente à un cake ou encore quatre quart assez compact.

Pour “végétarien” ici, il faut déjà savoir que d’un point de vue culturel que le végétarien à l’île Maurice consomme du lait de vache ainsi que du beurre mais pas des oeufs contrairement au végétarien ailleurs. Faisant partie de la communauté tamoule et pratiquant à l’époque des carêmes où on ne mangeant pas de viande ni d’oeufs. Le gâteau végétarien se faisait pas mal afin de quand même pouvoir manger du bon gâteau !

Dans la recette de ma tante, il y avait moitié de farine “self-raising” que l’on utilise beaucoup à l’île Maurice mais en France difficile à trouver à moins de connaître. Du coup j’ai utilisé de la farine normale et ai juste rajouté plus de levure. Pareil, il y avait du beurre par quoi j’ai remplacé par de la margarine. Pour la yaourt, si vous voulez pousser plus loin pour une version “végétalienne”, il faudra prendre un yaourt de soja et pour le lait, du lait d’amende par exemple ou d’avoine !

Plusieurs recettes existent, d’ailleurs j’ai décidé d’en proposer plusieurs sur le blog selon les goûts des gens ! Je vous laisse découvrir la recette plus bas !

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

“Catless poule” : Burgers mauriciens de poulet aux herbes et au cumin !

La recette des Catless de poulet, celle qui égayera les apéros en perspective !

Quand je pense aux Catless de poulet, je revois les dîners en famille et surtout les bons sandwichs que ma mère me faisait pour mon déjeuner pour l’école. Chez nous, il n’y avait la cantine que pour ceux qui payaient et nous avions le droit de ramener nos “gamelles”, “lunchbox” etc. La cantine, c’était aussi un genre de “sandwicherie” pour ceux qui voulaient s’acheter à manger. Personnellement, je n’enviais pas ceux qui mangeaient quotidiennement à la cantine, je suis même triste pour ces personnes car leurs mamans n’ont jamais pris le temps de leur préparer quelque chose avec amour comme la mienne le faisait.

Les Catless, ce n’était pas forcément ma mère qui les préparait, c’était sa copine Baby, un joli surnom, n’est-ce pas? Hihi. Elle les faisait très bien et nous en donnait une bonne quantité que ma mère congelait, comme ça je pouvais toujours en bénéficier.

Le Catless nous vient de nos ancêtres qui étaient indiens, c’est un peu le cousin du Cutlet indien. L’avantage de ce petit burger, c’est que l’on peut aussi bien le dégustation à l’apéro ou en faire un sandwich avec, dans une bonne baguette avec un peu de piment style du Sriracha, c’est un délice. On peut en faire avec de l’agneau, du boeuf et même avec du poisson !

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

Je vous raconte ma participation à la 17ème édition de la Fête de la Fraternité à Évreux !

L’île Maurice a été victime de son succès et a vite fermé boutique !

Hello tout le monde,

Cette année la Fête de la Fraternité s’est une fois de plus déroulée sur le Pré du Bel Ébat à Évreux étant donné que la place de l’Hôtel de Ville était toujours en travaux. Néanmoins, elle a été avancée d’une semaine car d’habitude cela s’est toujours fait le 1er week-end du mois de juin et là c’était le samedi 25 mai !

En fait, pour tout vous dire, je n’ai pas vraiment bien géré les choses et je suis plutôt déçue de mon organisation ainsi que de l’absence d’aide. Heureusement que Jennyfer, une amie qui a le sens de l’aide et Marie-Noel, l’épouse d’un Mauricien d’Évreux sont venues m’aider la veille au soir déjà pour cuisiner puis le lendemain pour servir ! Merci également à Nadjad Bacar qui est venu de Paris m’aider et me soutenir sur le stand ! Entre “petits”, on se soutient !

Je tiens à partager ma profonde déception car c’est une initiative organisée par la Ville d’Évreux afin de valoriser plusieurs cultures différentes. Je suis consciente que chacun a sa vie et que cela demande du temps mais cela ne se passe qu’une fois dans l’année. Pour ma part, j’ai aussi une vie pro et perso, je me suis couchée à 3h30 du mat ! C’est une occasion de partager ensemble des moments autour de la cuisine et de nous rassembler. Aucun Mauricien du coin ne s’est proposé alors que pourtant j’ai communiqué que je serais là. Ce jour-là ce n’est pas Kristel qui est mise en avant mais la communauté mauricienne du coin, de plus je ne gagnais rien au point de vue argent !

Vous me direz, mais Kristel, tu aurais dû demander de l’aide ? Je l’ai fait les autres années et même là ! Il y en a qui ne m’ont pas donné de réponse, d’autres qui se sont désistés à la dernière minute ou qui ont préféré faire autre chose !

Cependant, nous avons quand même été victimes de notre succès car nous devions être sur le stand de 11h à 18h et moralité : tout a été balayé en 3h ! Une véritable razzia pour l’île Maurice ! Au programme : bouillon poisson et boulettes de poisson maison, salade du pêcheur (poisson), badia et satini cotomili (beignets à la farine de pois chiche et chutney de coriandre) et la mousse kulfi (crème à la cardamome et au safran). Nous n’avons eu que des retours positifs et nous vous en remercions ! Voici quelques photos plus bas des préparatifs et du jour J !

Merci au personnel de Super U Évreux qui a vraiment bien géré ma commande et à Bénédicte Mahéo du Service évènementiel et communication de la Mairie d’Évreux pour sa patience ainsi que son accompagnement tout du long !

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

“La Daube poule”: plat en sauce mauricien subtilement épicé à base de poulet, pommes de terre et carottes !

Un plat plein de nostalgie et une recette à 200% “comfort food” !

La daube est l’un des plats que l’on adore manger à l’île Maurice ! Surtout la daube poule ou daube de poulet qui nous rappelle vraiment la simplicité de la cuisine de la grand-mère ! Parfois, cela veut aussi dire rougaille ou le mot daube peut-être un synonyme. Par exemple, on pourrait dire la daube ou rougaille poisson pour au final dire la même chose ! Ce plat nous vient certainement de l’héritage apportais à époque pendant la colonisation française de l’île Maurice. Car oui la daube est une spécialité très française mais n’est pas du tout comme sa cousine mauricienne !

Évidemment, comme tous les plats qui ont voyagé, la daube a été revisitée d’une belle manière par les Mauriciens. De plus, chaque Mauricien a sa recette sachant que l’on peut soit y mettre que des pommes de terre, c’est la version classique puis rajouter des carottes ou encore des petits pois (je l’explique plus).

La meilleure des daubes que j’ai mangée est celle de Tantine Loga, la soeur de mon père, la recette de ma grand-mère apparemment…Un goût de comme on dirait en créole “manzer lontan”. La daube se mange avec du riz, du satini cotomili si on veut et au final cela dépend des familles ! Je vous laisse découvrir la recette plus bas !

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

Omelette ou encore “tortilla” mauricienne : une recette ensoleillée avec des légumes du soleil, du piment et des herbes fraîches !

Comment sublimer une simple omelette ? L’Omelette au jambon, c’est vu et revu alors optez pour le changement !

Cela fait depuis ma tendre enfance que je mange une omelette pas comme les autres, une omelette qui a du goût et qui sublime un plat rapide du midi ou du soir ! Traditionnellement, nous accompagnons celle-ci de riz et d’une fricassée de lentilles (recette à venir sur le blog). Quand je ne sais pas quoi faire à manger, je fais cette omelette et ma famille en est très contente. Elle n’est pas difficile à faire mais c’est ce que l’on met dedans qui fait qu’elle est pleine de saveurs.

Les ingrédients que j’ai utilisés pour la réaliser sont des choses que j’ai toujours dans mon bac à légumes ou dans ma réserve d’herbes aromatiques. C’est une omelette que vous pouvez faire lorsque vous avez du monde car elle est vraiment présentable. Le printemps arrivant, j’ai pensé qu’une recette comme celle-ci pourrait vous plaire. Les choses les plus simples sont parfois et même souvent les meilleures.

À l’île Maurice, nous aimons les choses qui ont du goût et pas celles qui sont fadasses et cette omelette est tout simplement la preuve de notre vision de la cuisine. Cela me rappelle vraiment l’époque où je vivais à l’île Maurice et à chaque fois que j’en mange, je voyage en pensée à la fois dans mes souvenirs d’enfance et à la fois vers mon pays. 

Pour les Mauriciens, cette omelette est vraiment une recette “quelconque” mais si vous êtes comme moi en France et que vous voulez la faire dans un autre contexte, elle convient très bien en apéro. Je la présente comme la tortilla mauricienne que je découpe en petits carrés étant donné qu’elle est épaisse et bien agrémentée. Je vous laisse découvrir la recette plus bas.

Lire la suite





Rendez-vous sur Hellocoton !

Alouda à la rose : lait aromatisé mauricien aux graines de basilic et à la gelée d’agar agar.

Une boisson rafraîchissante idéale pour les beaux jours et facilement réalisable pour les végétaliens !

Le Alouda est une boisson street-food mauricienne que l’on boit dans la rue ou que l’on fait à la maison. Le parfum plus communément retrouvé est celui à la vanille. On peut également le trouver à l’amende, une saveur atypique en France mais qui est similaire au sirop d’orgeat et de couleur verte.

Le Alouda (Alooda) est le petit cousin du Falooda qui un dessert indien que l’on mange froid. Dans les deux cas, on y met des graines de basilic appelées tukmaria ou encore tocmaria et de la gelée d’agar agar. L’agar agar est d’autant plus utilisée à l’île Maurice et dans d’autres pays car il est végétal et contrairement à la gélatine de porc, tout le monde peut la consommer même les hindous et les musulmans ou encore les végétaliens.

Les graines de basilic s’apparentent énormément aux graines de chia mais ce n’est pas la même chose. Déjà les graines de chia proviennent de la famille d’une variété de sauge et qui plus est d’Amérique du Sud. Elles prennent plus de temps à gonfler que le tukmaria gonflent dans les secondes qui suivent lorsqu’on les met dans de l’eau. Je vous laisse découvrir la recette plus bas et également sur le blog de Soukeat où vous saurez où faire vos courses.

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

Brochettes de poulet Tandoori, riz indien express et raïta de concombre ! {#Soukeat}

Qui a dit qu’on ne pouvait pas cuisiner de bons plats traditionnels mais rapidement ? De quoi bluffer vos convives en un temps record !

Pour les choqués ou ceux qui se disent : “Mais quelle hérésie de ne pas laisser mariner le poulet tandoori une nuit ou encore mais le riz au micro-ondes, ce n’est pas possible !” Je vous dirai que les gens qui ont goûté à mes plats pourront vous confirmer qu’on ne devinerait jamais comment ces derniers ont été faits.

Comment ai-je développer ces recettes et cette façon de faire ? Quand on travaille et que l’on passe 4 heures tous les jours dans les transports en commun ou encore que l’on a des enfants en bas âge et que l’on veut quand même bien manger….la question finit par se poser ! Vais-je au McDo ? Ou je suis prêt à cuisiner mais avec des méthodes plus rapides pour gagner du temps. J’ai opté pour la deuxième solution.

Le poulet tandoori est consommé à l’île Maurice, on le fait au four mais aussi à la casserole. Traditionnellement, le tandoori est cuit dans un tandoor, un pot en terre cuite dans le lequel on embroche des cuisses de poulet et qu’on fait cuire sur des braises au fond et pareil pour les naans qui sont collés contre la paroi intérieure. Ici bien sûr, j’ai opté pour le four. Soukeat a écrit un article complémentaire sur leur blog alors allez le voir !

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

Samoussas cari “pom de ter”, une farce au curry masala de pommes de terre {#Soukeat}

Une version végétarienne des Samoussas appréciée à l’île Maurice mais également en Inde !

Les Samoussas ou encore samosas et d’ailleurs d’après quelques recherches, voici ce que nous dit notre ami Wikipédia à ce sujet : Le terme « samoussa » provient du perse سنبوساگ, sanbosag.

Le samoussa possède des appellations diverses, mais similaires, suivant les lieux et les langues, parmi lesquelles samosa (समोसा) en hindi, singara (سمبوسه) en persan, sing-ra (সিঙাড়া) en assamais, shingada (ષ્હિઙદ‌) en oriya, smosa (ਸਮੋਸਾ) en panjābī, sumosa(સુમૉસ‌) en gujarati, samosa (ಸಮೋಸಾ) en kannada, sambusak (سموسه) en ourdou, sambūsak (سمبوسك) en arabe, samsa en kazakh (самса) et kirghize(самса), somsa en ouzbek, samsa (سامسا) en ouïghour, samsa böreği en turc, sambusa parmi les Arabes, les Éthiopiens, les Somalis (sambuusa en somali) et les Tadjiks (самбӯса en tadjik), sanbusé parmi les Iraniens (سنبوسه), samuza (စမူဆာ) en birman, 三角, sānjiǎo en chinois ou chamuça en portugais, samoesa en afrikaans et sambôsy en malgache.

Cependant, à l’île Maurice, on utilise bien le mot Samoussa. Les farces de base sont le curry de pommes de terre, le curry de thon ou encore poulet ou viande et les Samoussas au fromage. D’ailleurs j’ai une recette sur le blog de ceux-ci. Les recettes ne sont jamais les mêmes mais toutes très bonnes ! A l’île Maurice, la pâte à samoussa est souvent faite maison. J’ai vu une recette mais pour être honnête avec vous, je ne m’y suis pas encore attelée car c’est assez laborieux. Autrement, je vous laisse découvrir cette recette plus bas où encore d’aller sur le blog de Soukeat qui m’a fait venir il y a peu afin de montrer en atelier comment réaliser des Samoussas et ceci au four.

Lire la suite Rendez-vous sur Hellocoton !

Fraisier à ma façon avec des notes de Pitaya et framboises sans compter une bonne crème à la vanille de Madagascar !

Un gâteau pas si compliqué à faire pour les un an de mon Benjamin !

Le fraisier est un gâteau qui a l’air compliqué à faire mais en réalité pas du tout. C’est plutôt le temps de préparation qui pourrait rebuter. Avant d’avoir le coup de main , j’ai testé pas mal de recettes, je me suis trompée aussi plusieurs fois dans les étapes etc. Mais aujourd’hui, je peux dire que j’ai dompté sa recette ! En réalité, j’ai un peu piqué des astuces partout avant d’arriver à ce résultat.

C’est grâce à ma sœur que je me suis lancée car elle m’a vite fait expliqué comment faire et je me suis dit que ce n’était pas non plus la mer à boire. Puis c’est au fil du temps que je me suis améliorée en suivant des conseils donnés dans des émissions tels que Le Meilleur Pâtissier où Mercotte avait donné des tuyaux pour bien réussir un fraisier, grâce au blog La Cuisine de Bernard et enfin celui qui a vraiment, comme on dit, mis la cerise sur le gâteau était Jonathan Blot dans Le gâteau de mes rêves sur TVA.

Alors bien sûr il y a vraiment plusieurs écoles différentes, le miroir ou la pâte d’amande comme finition, la génoise visible ou celle enfermée dans la crème mousseline, la crème bien sûr soit montée au beurre soit avec une Chantilly…et j’en passe ! Chez moi, personne n’aime la pâte d’amande sauf moi alors j’ai fait un compromis, j’ai fait quelques fraises en déco en pâte d’amande. Avant de commencer cette recette, je vous conseille de bien la lire et de bien tout préparer car sinon vous risquez d’y passer beaucoup beaucoup de temps. Si vous avez besoin de plus de détails, n’hésitez surtout pas à me contacter ! Je suis navrée car je n’ai pas bien soigné certains aspects de mon fraisier mais en même temps je l’ai fait en 2h après une longue journée de travail ! Le speed quoi ! La recette est plus bas, merci pour vos retours !

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !