“Gato patate”, chaussons de patate douce blanche fourrés à la noix de coco et parfumés à la cardamome : un goûter à la Mauricienne !

Les gâteaux de mon enfance qui ne payaient pas de mine mais au goût exceptionnel !

Hello la compagnie des gourmands de la cuisine mauricienne ! Je continue sur ma lancée de recettes à “anecdotes”même si j’avouerai que quasiment toutes mes recettes sont reliées à des souvenirs et je pense que je ne suis pas la seule Mauricienne dans ce cas-là… Bref, les “Gâteaux/Gato patate/batate”, encore un nom de spécialité constitué du mot “gato/gâteau” qui peut signifier maintes choses à l’île Maurice : beignets, chaussons et tout simplement gâteau hehe.

De plus, comme vous pourrez le constater, nous ne mettons jamais de “de” entre les mots mais faisons directement une conjonction, ainsi plus jeune, je ne disais pas un “bonbon de menthe” ou “bonbon à la menthe” mais un “bonbon la menthe”, bravo l’influence du créole qui est bien fait pour les paresseux comme moi ! Mais revenons à nos patates ! Est-ce la même variété que l’on trouve communément en France ou est-ce autre chose ? Sur notre île, la variété de patate douce qui est utilisée est la blanche. Je pense qu’elle provient de Chine. Attention à bien vous renseigner avant de les acheter car il y a des variétés filandreuses et à éviter pour cette recette.

Pour reparler un peu des “Gâteaux patates” en eux-mêmes, certains disent que c’est le gâteau typique que l’on fait pour Diwali/Dipavali, la Fête de la lumière, mais cela ne m’a jamais sauté aux yeux que c’était cette spécialité en particulier qui était mise à l’honneur. Pour moi, c’est le gâteau de pauvre, facile à faire et merveilleuse bon.

La petite anecdote qui va avec cette histoire concerne une veille femme en sari qui faisait le tour du quartier où vivaient mes grands-parents maternels à Vacoas et qui vendait ses gâteaux patates. Elle avait plusieurs petits sachets en plastique individuels de gâteaux qu’elle vendait à un prix ridicule. J’ai fini par lui en acheter car elle me faisait de la peine et je joignais l’utile à l’agréable car non seulement je savais qu’elle arrondissait ses fins de mois grâce à mes achats (car oui je lui achetais tous ses sachets) mais je me régalais également pour le goûter.

Ainsi si vous allez à l’île Maurice, n’hésitez pas à en acheter soit dans la rue ou soit à un “snack” ou “tabagie”, des sortes de coin pour se poser et manger un bout et vous ne serez pas déçus de ce voyage des papilles. Ah oui, avant que je ne l’oublie, cela n’a rien à avoir avec le gâteau patate réunionnais qui est différent aussi bien au niveau de la forme que du goût ! Je vous laisse découvrir ma recette plus bas.

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pima crazé : Pâte fraîche de piments oiseaux à l’ail et au citron de l’île Maurice !

Une pâte de piment idéale pour accompagner les spécialités mauriciennes et bien d’autres plats !

Mes amis, je sais que cela fait depuis un bail que je dois vous partager cette recette qui est tellement facile ! Mais le temps me manque ! Alors pour en finir sur le sujet de cette fameuse pâte de piment, qui soit dit en passant, n’est pas la seule pâte de piment que l’on fait ! Il existe plusieurs sortes comme le mazavarou (pâte de piment rouge aux crevettes séchés et à l’ail) ou encore le pima ourite (pâte de piment au poulpe séché) qui vient de Rodrigues, petite île non loin de l’île Maurice !

Le Mauricien respecte le palais de tous et préfère faire une pâte de piment que l’on peut rajouter aux plats que l’on mange. Ainsi celui qui ne mange pas pimenté n’est pas gêné car le plat de base peut être réalisé sans piment. Il y a d’autres pays que je ne citerai pas qui mettent du piment partout. Je pense qu’il faut respecter ceux qui n’en ont pas l’habitude !

On sert cette pâte de piment avec les gadjaks, apéritifs mauriciens et avec les plats surtout sino-mauriciens ! Enfin je dirai qu’on la mange avec tout ! Moi, j’adore le piment alors j’en mets un peu partout sauf quand ce n’est pas nécessaire (plats français ou déjà pimenté) car cela peut gâcher le goût de base !

Il y a plusieurs recettes de pâte de piment et je ne prétends pas que celle-ci est la meilleure mais c’est comme cela que ma maman le fait et moi aussi du coup ! Je vous laisse découvrir la recette plus bas !

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Nankhatai : Sablés fondants indiens à la semoule de blé, au ghee et à la cardamome !

Une spécialité également très mauricienne ! Pourquoi ne pas en faire pour Noël ?

Grande fan de sablés que je suis, cela fait depuis très longtemps que je teste pas mal de recettes de Nankhatai sauf que je n’ai pas arrêté de les rater ! Oui oui oui, vous avez bien lu, je les ratais ! Enfin…ils n’avaient jamais la texture que je souhaitais, soit ils étaient plats soit compacts et durs ! Vive les recettes qui traînent sur les blogs lol ! Je dois avouer que j’ai un souci avec les “tasses” dans les recettes car j’aime faire au gramme près surtout lorsqu’il s’agit de pâtisserie.

D’ailleurs si vous notez bien, dans mes recettes de gâteaux, je pèse tout et mets les grammes afin que vous puissiez de refaire les mêmes recettes chez vous. Ce n’est pas évident mais j’essaye ! Du coup, j’ai réussi en sachant au moins ce qu’il y avait dedans comme ingrédients de base. Ma soeur m’a dit : “Tu mets le double de farine par rapport au beurre” et là ça a changé ma conception d’avant, ça a renversé le cliché que j’avais, je pensais tellement que c’était difficile et que je ne pouvais pas y arriver. Il faut dire que les meilleurs que j’ai mangés étaient ceux de mon amie Brinda Bungaroo qui est aussi blogueuse. J’ai essayé trois fois sa recette mais je ne l’ai pas réussie !

Comme j’étais en manque de Nankhatai et très motivée, j’ai fini par en faire ! Vous me direz “Mais ce n’est pas mauricien !” et je vous dirai que ça l’est du fait que nous avons beaucoup d’indiens à l’île Maurice, bien sûr je parle de personnes qui ont des origines lointaines mais qui ont gardé leurs traditions (religion, coutumes vestimentaires, spécialités culinaires etc.). Du coup, nous avons aussi les Nankhatai, il y a plusieurs sortes, ceux que l’on va plus offrir pour les mariages qui ont davantage le goût de semoule de blé et ceux que l’on offre pour Diwali qui sont davantage fondants. Ces ceux-là que j’ai réalisés ! Je vous laisse découvrir ma recette plus bas.

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Briani Bef Express : Riz épicé au jarret de boeuf et herbes fraîches ! Une spécialité mauricienne à ma façon !

Ene bon briani bef ! Sa ki bon sa ! (Un bon briani de boeuf, mais quel délice !)

Le briani est une spécialité mauricienne incontournable. Pour cette version que j’appelle “express”, j’ai d’abord fait cuire ma viande puis le riz à part ainsi que les oignons et les pommes de terre. La différence avec les deux autres recettes de briani que je propose est dans le choix de la viande, le jarret de boeuf. Jusqu’à présent j’avais toujours pris du bourguignon ou autre mais finalement mon briani était toujours sec (à mon avis) et pas très satisfaisant.

Je sais que beaucoup me diront que ce n’est pas un vrai briani mais pourtant ça l’est. Après, je vous dirai que c’est une spécialité plutôt “musulmane” et que je suis issue de la communauté tamoule donc veuillez m’excuser si ce n’est pas à votre goût. Ma mère a une façon de faire qui est différente et simplifiée, j’ai toujours aimé son briani. J’espère que cette technique vous plaira.

A la base, j’ai fait cette recette pour une invitée de marque. Je ne sais pas trop si elle a vraiment apprécié car elle connaît déjà le briani hehe. Tout ce que je peux dire est que mon briani était bien meilleur le lendemain ! Mon mari qui n’aime pas ce plat en a dit autant. Je vous laisse découvrir la recette plus bas.

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mines bouillis Laviane, satini pommes d’amour ek dizef miroir : Nouilles sino-mauriciennes à découvrir (Version express)!

Une recette facile à réaliser et avec toute sorte de viandes !

Vous connaissez la femme qui s’est laissée déborder par son fils et qui à midi s’est rendue compte qu’elle n’avait rien à manger ???

Cette femme les gourmands, c’est moi ! Surtout que mon mari rentrait manger (enfin je le pensais jusqu’à ce qu’il m’appelle et me dise que non), bref !

Il faut savoir qu’un Mauricien a toujours dans sa cuisine du riz ou des pâtes (nouilles chinoises ou autres), des herbes (coriandre, cive etc.), des sauces, aromates (sauce soja, sauce d’huître, huile de sésame, épices, piment etc.), un minimum de légumes (tomates, brèdes, oignons, ail etc.)…et bien sûr de la viande ou du poisson au congélateur.

Vous imaginez bien qu’avec tout cela on peut faire quelque chose, n’est-ce pas ? Pour tout vous dire, je n’avais pas prévu de faire d’article et ni de poster la recette mais finalement pourquoi pas ! J’imagine que cela pourra vous inspirer pour vos prochains déjeuners surtout si vous n’avez pas beaucoup de temps. J’ai mis 30 minutes à tout préparer ! Génial non ?

A l’île Maurice, nous mangeons les mines dans les restaurants chinois ou dans les “Baz mines” (endroits spécialisés dans ces spécialités). Ces mines me rappellent mon cousin Satuda car c’est lui qui nous les préparait lorsqu’il passait nous voir à la maison. Toujours un bon moment avec lui !

Je vous laisse découvrir comment j’ai préparé à vitesse grand V ces mines plus bas !

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tarte normande façon crumble avec ma touche exotique pour l’émission #MidiEnFrance sur France 3 !

Quand le citron vert, la vanille de Madagascar et l’huile de coco s’entremêlent !

Ce dessert est né à la veille où j’ai dû être filmée pour l’émission de Midi en France sur France 3. Un Chef leur a fait faux-bon et du coup je l’ai remplacé ! C’est pour cela que j’ai pu faire deux recettes ! Voilà l’histoire ! L’autre étant celle de Carpaccio de Maquereau !

Cette recette m’est venue car il fallait mettre des produits normands à l’honneur, ici j’y ai réuni le Calvados, la crème fraîche, les pommes ainsi que les sablés normands ! Bien évidemment pour rester cohérente, j’ai revisité la classique tarte normande en crumble exotique en y rajoutant ma touche personnelle ! Je suis pour la simplicité et la légèrement ! Ici, c’est ce que vous retrouverez car je trouve que parfois les tartes en desserts sont lourdes et là pas du tout sous forme de crumble ! En plus à part la cuisson des pommes, il n’y a pas grand chose à faire ! Belle découverte à vous !

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Riz frit poisson salé Snoëk {Sounouk} : spécialité de l’île Maurice (Manzé Lacaz) !

Vous avez un reste de riz blanc, vous ne savez qu’en faire ? Eh bien, le Riz frit poisson salé est là !

Ah le Riz frit (au) poisson salé ou “Diriz frire poisson salé” en créole, il y a plusieurs façon de l’appeler ! En France, les plats les plus basiques doivent être le jambon coquillettes, le steak haché purée ou je ne sais quoi encore. Cependant à l’île Maurice, il n’y a aucun “basique” sans goût ! C’est toujours cuisiné, sauté, frit, cuit à l’étouffé et surtout relevé en épices ou en produits délicatement choisi pour leurs goûts prononcés.

Le poisson salé Snoëck prononcé “Sounouk” est un poisson salé et séché, assimilé à la morue. Il est utilisé dans plusieurs plats, généralement, étant donné que la préparation est quelque peu odorante et qu’il faut d’autant plus y mettre les doigts, on essaye d’en faire un maximum et on le conserve soit au réfrigérateur soit au congélateur.

Pour ma part, je préfère dessaler une bonne quantité de poisson salé, tout faire frire (car oui ça se frit) et mettre au congélateur. Cela me permet ainsi de toujours en avoir sous le coude et réaliser de bons petits plats avec ! Comme par exemple “le Rougaille de poisson salé” ou d’en rajouter à certains légumes pour donner du goût. Bien évidemment, ce poisson n’est en aucun cas au goût de tous mais il est primordial pour les curieux d’en goûter au moins une fois.

Le poisson salé fait généralement partie des genres de choses que si l’on a pas grandi avec, on a du mal à en manger. Les rognons pour moi sont les exemples même de ce que je n’ai pas connu et lorsque j’ai dû en manger, excusez-moi pour le terme que je vais employer, mais cela avait un goût de “pisse”.

Le Riz frit poisson salé est pour moi une spécialité que l’on fait chez soi, je n’en ai jamais vu au restaurant sauf dans un petit snack nommé “Salé, sucré” près du Lycée où j’allais avant, le Lycée La Bourdonnais à Curepipe où je mangeais cette spécialité. C’était de bons souvenirs lorsque le midi on sortait avec ma petite classe, on était pas 8, des Littéraires et on avait une belle complicité. En première L, nous étions les Loseuses et en terminale, les TLrocks ! C’était la belle époque où plus que de cuisiner, on mangeait et croquait la vie à pleine dent. Sur ce, je vous laisse découvrir ma simple recette plus bas ! Avant d’y aller, avez-vous vu mon nouveau wok et cette poignée en bois d’olivier de chez Cristel !!! Je suis fan et vous ?

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le Panakon : cocktail mauricien sans alcool au bon goût de fruits frais et de cardamome ! {présenté sur France 24}

“Dilo Panakon”, comme dirait-on en créole : une boisson servie lors de célébrations tamoules à l’île Maurice!

Le Dilo Panakon à l’honneur sur le plateau de France 24 sur le Journal de l’Afrique présenté par Salima Belhadj ! Pour vous avouer, j’avais fait une version concentrée de cette boisson et l’avais emmené pour l’interview, lorsque Salima, la présentatrice l’a goûtée, j’ai vu à son retour le coup de fouet en bouche ! Hihi ! Eh oui, c’est ça quand on ne met pas suffisamment de sucre et beaucoup de citron vert ! Ça surprend ! Mais là, je vous rassure, ce ne sera pas le cas !

Il y a deux ans déjà je vous avais préparé pour la semaine du goût, du 10 au 16 octobre, la fameuse spécialité qui va bien avec cette boisson : le Canjee.

Pour la petite histoire car oui, il y en a toujours une bien sûr ! Le Panacon est la boisson connue car il est servi dans des “Deksis” genres de grosses marmites mauriciennes et est distribué dans la rue lors du Cavadee, pèlerinage tamoul. Il est également consommé lors d’autres évènements religieux tels que le Canjee. Cependant, à titre personnel, c’est une boisson que j’aime énormément car elle est fraîche, donne du pep, est légèrement épicée et très originale en goût.

C’est une boisson que vous ne pourrez trouver qu’au sein de la communauté tamoule car si vous demandez à d’autres Mauriciens, ils ne sauront malheureusement pas vous en faire.

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Salade de thon mauricienne : une recette simplissime mais tellement bonne ! {présentée sur France 24}

Une idée de présentation “fusion” pour l’apéro !

La salade (de) thon mauricienne est un classique à la maison ! C’est vraiment quelque chose que ma maman me faisait et me mettait dans mon sandwich pour aller à l’école. C’est une recette peu banale car avec la coriandre fraîche et les piments oiseaux, cette salade devient vraiment bonne ! Ici j’ai décidé de revisiter un peu le visuel dans des moitiés de citron vert.

De plus, je voulais présenter quelque chose de simple mais joli sur le plateau de France 24 lors du Journal de l’Afrique et ai pensé au côté pratique de la chose ! C’était facilement transportable et froid donc pas besoin de réchauffer ! Ça s’est bien tenu heureusement !

La recette se trouve plus bas ! J’espère que vous la testerez !

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Satini brinzel : Chutney/Caviar d’aubergine très frais à la Mauricienne !

Une recette simple et forte en saveurs qui vous fera redécouvrir l’aubergine ! {Collaboration avec Essentielle Mag}

“Satini”, le petit truc en plus que nous ajoutons quasiment toujours lorsque nous dégustons un plat à l’île Maurice ! Ce mot pour tout vous dire est la prononciation créolisée du mot “Chutney” en anglais. Le chutney est donc un condiment que l’on va utiliser pour relever un plat et qui va apporter une touche de fraîcheur à celui-ci. Cette recette a été publiée dans un numéro hors-série du magazine Essentielle à l’île Maurice à l’occasion des 50 ans d’indépendance de l’île Maurice, la revue s’appelle « Dan vyé karay ».

Ici, étrangement, le Satini Brinzel (brinzel en créole signifiant aubergine), s’apparenterait plus à un caviar, ici, en France plus qu’à un simple chutney. On pourra ainsi le déguster avec du poisson frit ou comme moi tout seul sur une tranche de pain grillé. Ce n’est pas une spécialité qui a une origine spécifique comme parfois je vous indique que cela peut être sino-mauricien, tamoul ou autre, on peut dire qu’elle est tout bonnement créole.

D’ailleurs, les Tamouls, nous, nous aimons manger le Satini brinzel avec ce que l’on appelle “Poisson corne”, c’est en français le poisson licorne. On le trouve principalement dans l’Océan Indien et il est également consommé dans les îles des Mascareignes, on le fait ainsi macérer dans du Masala puis on le fait frire. Il faut absolument le tester si vous partez à l’île Maurice, c’est quelque chose de très typique et que l’on ne trouve pas dans les restaurants mais bien chez l’habitant. Si vous cherchez une adresse, il faut aller chez ma tante Bébé à Flacq, vous m’en direz des nouvelles!

Les ingrédients qui la composent, ressemblent énormément à ceux de la Salade du pêcheur que vous pourrez retrouver par ici : http://bit.ly/1TXzG1U. Je vous laisse ainsi découvrir la recette plus bas.

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !