« Gato Pima Lenti Rouz »: falafels de lentilles corail aux herbes et épices sans gluten : un classique de l’île Maurice revisité pendant le confinement :

Quand tu n’as pas de dhalls et que tu as la dalle de Gato pima !

Les Gato Pima, qu’est-ce que j’ai pu vous bassiner avec ! N’est-ce pas ? Mais en même temps, c’est tellement bon ! Pour cette recette, je ne vais pas tout vous ré-expliquer sur le contexte culturel. Je vous inviterai juste à aller voir mon autre article sur le sujet. Néanmoins, le Gato pima reste l’un des mets les plus emblématiques de l’île Maurice et auquel beaucoup de Mauriciens sont attachés ! Nous avons beaucoup d’histoires autour de celui-ci, nous avons chacun nos adresses de marchands, recettes de famille, des habitudes comme les consommer dans du pain maison ou de la baguette avec du beurre et même du fromage kraft ! Quand ils nous restent le lendemain, nous faisons de la salade Gato pima ou alors du Rougaille ou même du Cari Bari !

Je reviens aux pois utilisés ici. Étant partie en vacances en Bretagne, dans un bled un peu perdu, il est vrai que trouver des dhalls était devenu plus rare que l’or ! Je voulais à tout prix faire découvrir cette recette à des amis puis j’ai réfléchi et dans ma recette initiale, j’avais déjà précisé que l’on pouvait utiliser pas mal de légumineuses pour remplacer les dhalls. J’ai donc utilisé des lentilles corail qui sont plus simple à trouver que les pois cassés jaunes.

La petite piqûre de rappel a été Sophie, une Mauricienne mariée à un Serbe qui devait faire un atelier/séminaire sur la cuisine mauricienne accès street-food. Elle a fait un tour sur mon blog et a décidé d’opté pour les lentilles corail comme je l’avais mentionné dans mon article. Elle a donc fait des gato pima lenti rouz aux Serbes qui ont beaucoup aimé cette recette. Sophie, elle-même, a validé l’emploi de ces légumineuses.

Lorsque l’on vit en campagne et qu’on ne trouve ni de dhalls (pois cassés jaunes) ni de gros pois (pois de cap), il est alors très utile de savoir qu’il nous reste la solution dès lenti rouz (lentilles corail). Je vous laisse découvrir ma recette plus bas !

Pour une cinquantaine de gâteaux piment

Ingrédients

  • 410g de lentilles corail
  • 1 botte d’oignon botte (utilisé de la cive et des oignons) ou un bouquet de cive et 1 gros oignon rouge de préférence pour la couleur
  • 2 petits piments séchés (optionnels)
  • 1 cuillère à café de bicarbonate de sodium (optionnel)
  • 3 cuillères à soupe de graines de cumin (ti lani)
  • 1 cuillère à soupe et demie d’anis (gros lani)
  • 1 petite botte de coriandre fraîche hachée
  • 10 branches de menthe hachées (uniquement les feuilles)
  • 15 feuilles de curry (caripoulé) réduites en petits morceaux (Ou quelques feuilles de lauriers hachées)
  • 1 cuillère à café de cumin moulu
  • 3 cuillères à soupe de sel fin
  • 6 cuillères à soupe de fécule de maïs
  • Huile de friture (de colza ou de tournesol)

Préparation

1 – Mettre à tremper environ 30 minutes avant la préparation dans de l’eau froide les lentilles corail.

2 – Bien égoutter les lentilles après trempage et mettre dans un hachoir pour les mixer afin d’obtenir une pâte fine mais avec des petits morceaux quand même, voir photo ci-dessous.

3 – Récupérer les lentilles corail mixées et y ajouter l’oignon, les piments, le bicarbonate, la cive (ciboule/ciboulette ou oignons nouveaux), le cumin, les graines de fenouil (gros lanis), la coriandre (cotomili), la menthe, les feuilles de curry (caripoulé), le sel & le poivre.

4 – Mixer le reste des lentilles corail et les ajouter au fur et à mesure dans le saladier où tous les ingrédients avaient été mis.

5 – Mélanger la pâte à gâteaux piment à la main. Mélanger la fécule de maïs à la préparation. Il ne faut pas trop en mettre car on va perdre la texture désirée. On veut une robe croustillante et un intérieur moelleux.

6 – Mettre de l’huile à chauffer et une fois qu’elle est bien chaude, former des boulettes. Si la pâte est légèrement humide c’est normal, la texture des lentilles corail est différente de celle des pois cassés jaunes. Ensuite, les plonger dans l’huile et les faire frire jusqu’à tant que les gâteaux piment soient bien dorés. Il faut que l’huile soit bien chaude pour ne pas que les gâteaux piments adsorbent trop de matière grasse et puissent être saisis d’un coup. Pour savoir s’ils sont cuits, vous pouvez en goûter un pour avoir le cœur net ! Ré-ajuster l’assaisonnement en sel si besoin au passage. Bonne dégustation !

*Les textes et photos du blog http://latelierdekristel.com sont la propriété exclusive de Kristel FROGER, créatrice de L’atelier de Kristel et sont protégés par les textes de loi L111-1 et L123-1 du code de la propriété intellectuelle.
La reproduction du contenu de ce blog, en tout ou en partie, est interdite sans la permission écrite de l’auteur (sauf mention particulière) et reste constitutive d’un délit.

Previous Post Next Post

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Laisser un commentaire